Rugby - Challenge - MHR - « On a le droit de rêver », explique Benoît Paillaugue après la victoire de Montpellier

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Auteur de deux essais samedi soir lors de la victoire du MHR contre Trévise (31-25), le demi de mêlée Benoît Paillaugue espère maintenant remporter le Challenge européen. « Comment expliquer cette difficulté à dominer Trévise ?
On savait que ce serait compliqué, à cause des conditions climatiques, parce que nous avions également aligné une équipe remaniée, sans trop d'automatismes forcément. Ce n'est pas un bon match, clairement, on a commis beaucoup trop de fautes, on s'est fait peur. Mais on va retenir la victoire. lire aussi Montpellier bat Trévise et se qualifie en demi-finales Avec beaucoup d'indiscipline, une fois encore...
Et ça m'agace parce que l'indiscipline, c'est quelque chose de facile à corriger. On savait qu'on n'enverrait pas beaucoup de jeu, mais qu'il fallait être appliqué, plus précis. être discipliné. C'est passé ce soir, mais ça ne passera pas toujours. La satisfaction, c'est que même malmené dans le final, vous avez tenu...
À 14 contre 15, en plus. Il y a du mieux sur l'état d'esprit dans ces fins de matches. Cette victoire récompense l'investissement du groupe. lire aussi L'Ulster dans le dernier carré Aller chercher le titre, c'est aussi le dernier moyen de vous qualifier pour la prochaine Coupe d'Europe. Est-ce une motivation supplémentaire ?
Bien sûr. Mais déjà le fait d'aller chercher un titre. Le dernier carré se rapproche du très haut niveau. On a hâte d'y retourner. Se maintenir en Top14, puis aller chercher ce titre, ce serait la cerise sur gâteau. On a le droit de rêver, non ? Qu'avez-vous envie de retenir de cette période finalement assez faste avec six victoires lors des sept derniers matches ?
Le caractère, l'état d'esprit de tout le groupe. C'est peut-être banal, mais notre groupe vit bien, alors qu'on aurait pu penser le contraire au vu des résultats. Mais sa force a été de ne jamais baisser les bras. Ces résultats vont nous donner plus de confiance, plus de sérénité, et permettre une qualité de travail bien meilleure. Vous inscrivez deux essais, c'est votre manière de montrer la voie aux plus jeunes ?
Avec Fulgence (Ouedraogo) et d'autres anciens, on aime ce club, on est là depuis de nombreuses années, et on a envie que d'autres passent aussi du temps ici. Je crois qu'ils nous écoutent, que notre parole a du poids. Il nous reste peu d'années à jouer, alors on se dit qu'une demi-finale, c'est cool à jouer. Mais je sens aussi que tout le monde a envie de vivre une aventure, de créer quelque chose. » lire aussi Le tableau du Challenge européen