Rugby - Commotions - D'anciens joueurs et entraîneurs exigent une action de World Rugby au sujet des commotions

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Des personnalités du monde du rugby, parmi lesquelles d'anciens internationaux, ont envoyé une lettre ouverte à la Fédération internationale (World Rugby) pour exiger d'elle une action en faveur de la prévention des commotions cérébrales. «Progressive Rugby», c'est le nom de ce groupe de pression où figurent les signataires (joueurs, entraîneurs, arbitres et experts médicaux) accompagne son courrier de propositions. Il suggère notamment de limiter les contacts lors des entraînements, d'autoriser les changements de joueurs en cours de match seulement en cas de blessure, afin d'amoindrir l'impact physique de l'entrée de joueurs frais, ou encore de garantir un nombre minimum de jours de repos entre les saisons. lire aussi Alix Popham (ancien rugbyman professionnel atteint de démence) : « Le matin, j'écris tout sur un papier » Ce groupe se prononce également pour l'instauration d'un « passeport de santé », et pour l'allongement à trois semaines, contre une actuellement, du délai obligatoire avant toute reprise de la compétition à la suite d'une commotion. Il souhaite aussi que les acteurs soient mieux informés sur les blessures à la tête et sur la manière de les traiter. Steve Thomson, Alix Popham et James Haskell signataires Parmi les signataires de la lettre figure Steve Thomson. L'ex-talonnneur des Champions du monde Anglais en 2003 est l'un de ceux souffrant de problèmes neurologiques et qui envisagent une action en justice contre les instances du rugby. Le Gallois Alix Popham, chez qui les médecins soupçonnent une encéphalopathie traumatique chronique, et l'Anglais James Haskell, se sont aussi joints à l'initiative. World Rugby a publié un communiqué en réponse à la lettre ouverte dans lequel l'instance assure que « le bien-être de la famille mondiale du rugby est, et à toujours été » sa priorité.