Rugby - CE - La Coupe d'Europe vers un format en poule unique

L'Equipe.fr
L’Equipe

INFO L'EQUIPE. L'EPCR envisage très sérieusement de réduire la prochaine édition à dix-huit équipes, dont six françaises. La saison de Top 14 ne devant pas s'achever, le choix des six risque d'être tendu. Organisée jusqu'ici avec vingt équipes (cinq poules de 4 puis phase finale), la Coupe d'Europe s'oriente vers un profond lifting. Selon nos informations, la saison prochaine, dix-huit équipes participeront à l'épreuve dans un format totalement novateur : une poule unique où chaque équipe affrontera, au cours de la première phase, deux autres équipes en matches aller-retour. Gaillard (EPCR) sur le calendrier : « On veut être consultés et impliqués » Prenons un cas concret : le LOU pourrait rencontrer Exeter dans une double confrontation puis l'Ulster dans la même configuration. Mais Exeter et l'Ulster ne s'affronteraient pas ; chacun serait opposé à une autre équipe, afin d'arriver à un brassage le plus large possible. Chaque équipe française affrontera un club anglais et un club celte ou italien, et cela vaut à l'identique pour les équipes du Pro 14 et de la Premiership. À l'issue de la première phase, les huit premiers seraient qualifiés en quarts de finale. Si on se projette vers la saison prochaine, qui promet tant d'incertitudes, ce reformatage permettrait de gagner deux week-ends habituellement dédiés aux Coupes d'Europe pour terminer l'édition 2019-2020. Ainsi, il serait envisagé de jouer les quarts de finale (dont Clermont-Racing et Stade Toulousain-Ulster) fin septembre et d'utiliser les deux week-ends qui auraient dû servir au lancement de la prochaine Coupe d'Europe (10-11 octobre et 17-18 octobre) pour organiser les demi-finales et la finale. La Coupe d'Europe version 2020-2021 commencerait dès lors en décembre avec une poule unique où on retrouverait six équipes françaises, six équipes anglaises et six équipes issues du Pro 14. Cette nouvelle formule n'a pas été seulement pensée pour se réorganiser après la crise sanitaire dont on ne peut d'ailleurs pas deviner la fin. Elle a vocation à se perpétuer, peut-être en évoluant à la marge, pour redynamiser l'épreuve qui doit faire face à la concurrence du projet Coupe du monde des clubs. Les années suivantes, on pourrait ainsi imaginer une Coupe d'Europe à vingt clubs, et avec des quarts et des demi-finales en matches aller-retour. L'idée serait, en évacuant les poules de quatre, de se débarrasser des confrontations à faible enjeu (ou pas d'enjeu du tout) qui rendent fades la fin des phases de groupes telles qu'on les connaît aujourd'hui. Ce projet d'une poule unique, dont la réalisation est plus que probable, enterre de fait la proposition initiée par le Stade Toulousain, et relayée par la LNR, qui demandait à l'EPCR la qualification de huit clubs français et huit clubs anglais pour la prochaine édition. Goze : Toulouse et Montpellier ont « encore une chance » Cela aurait eu l'immense avantage, côté français du moins, de ne pas avoir à trancher pour déterminer qui seront les six qualifiés à l'issue d'une saison inachevée. Il faudra donc choisir : soit les six premiers au classement figé après 17 journées (exit Toulouse et Montpellier), soit les six premiers de la saison dernière (exit Bordeaux-Bègles et Toulon).

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi