Rugby - CE - Coupe d'Europe : le Racing 92 s'offre les Saracens, tenants du titre

L'Equipe.fr
L’Equipe

Victorieux des Saracens (30-10) avec le bonus offensif, dimanche au Paris La Défense Arena, les Racingmen confirment leur forme ascendante avant de se rendre au Munster, samedi prochain. En pleine forme ascendante après son succès dans le derby (9-25) à Jean-Bouin, le Racing 92 n'a laissé aucune chance aux Saracens (30-10), l'emportant avec le bonus offensif. Condamné à un retrait de 35 points au classement du championnat anglais et à une amende de plus de 6 millions d'euros pour avoir contourné les règles du salary-cap, les Londoniens, très indisciplinés (onze pénalités, un carton jaune à la 73e) n'ont existé que par bribes dans ce match à sens unique. En menant rapidement (13-0) à la 24e minute, les Racingmen pensaient avoir effectué l'essentiel, c'est-à-dire montré aux champions d'Europe en titre qu'un succès au Paris La Défense Arena était pour eux hors de propos. Impression confirmée quand leur ailier droit Teddy Thomas, en équilibre sur sa ligne de touche, inscrivit le deuxième essai (26e, 18-3). Mais c'était mal connaître l'opiniâtreté anglaise. Attaquant la seconde période avec davantage de convictions, les Saracens profitèrent d'un ballon relaché par Finn Russell pour marquer en contre par Alex Lozowski (51e, 18-10). A ce moment-là, les Racingmen, remontés au score, ne craquèrent pas et c'est même Russell qui se rattrapa de sa bourde en feintant la passe pour s'engouffrer dans l'intervalle et inscrire le troisième essai francilien (54e, 25-10). Dans les vingt dernières minutes, le Racing 92 s'intéressa alors au bonus offensif en plaçant d'abord Juan Imhoff en débordement (64e), puis en concrétisant son élan offensif par Wenceslas Lauret (65e, 30-10) à l'affut derrière une touche bien négociée à proximité de l'en-but anglais. Carton plein, donc, pour le Racing 92 qui se déplacera au Munster, samedi prochain. 68 Le pourcentage d'occupation du terrain et de possession du ballon en faveur du Racing 92. Pour leur déplacement à La Défense, les Saracens avaient laissé au repos rien de moins que sept de leurs finalistes de la dernière Coupe du monde, à savoir le talonneur Jamie George, le pilier Mako et le troisième-ligne centre Billy Vunipola, les deuxième-lignes Maro Itoje et George Kruis, l'ouvreur Owen Farrell et l'arrière Elliot Daly.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi