Rugby - Coupe du monde - La Fédération internationale souhaite une candidature des États-Unis pour organiser la Coupe du Monde 2027 ou 2031

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

World Rugby souhaiterait accroître l'audience du rugby dans le monde avec le marché américain. « Nous pensons qu'il serait souhaitable qu'il y ait une bonne candidature venant des États-Unis ». La déclaration est l'oeuvre de Brett Gosper, directeur exécutif de World Rugby. Ce lundi, lors d'une conférence de presse virtuelle depuis Dublin, il a jugé bon que les USA émettent le souhait d'organiser la Coupe du monde en 2027 ou 2031. Brett Gosper, directeur exécutif de World Rugby « Un marché avec un potentiel de croissance immense ». « C'est manifestement un marché avec un potentiel de croissance immense, que ce soit en termes de joueurs ou de supporters et pour les revenus commerciaux, a-t-il estimé. Mais ils seront en concurrence avec d'autres candidats et tout cela sera étudié par le système d'évaluation habituel ». Le succès du Mondial au Japon l'an dernier a entraîné une petite dynamique en Asie en faveur du rugby, qui reste absent du gigantesque marché chinois. Aux États-Unis, la Fédération USA Rugby a dû se mettre en redressement judiciaire du fait de la pandémie de Covid-19 et vient juste de reprendre ses activités début septembre. Un groupe d'actionnaires engagés dans le rugby avait annoncé son intention d'étudier si l'organisation d'un Mondial était possible, avec pour objectif que USA Rugby puisse faire une première présentation en février à World Rugby. Une équipe à construire La date limite de dépôt des candidatures pour les Mondiaux 2027 et 2031 est fixée à janvier 2022. D'ici-là, il faudra que le XV américain gagne en compétitivité. Il a participé à toutes les éditions de la Coupe du monde sauf une depuis la première en 1987, mais a perdu 22 de ses 25 rencontres, dont toutes celles des deux dernières éditions. « Il est très important que les XV soient plus compétitifs et frappent à la porte des quarts de finale. Ce sera compliqué pour 2023 (en France), mais c'est possible pour un pays avec un tel réservoir de talents », a jugé le dirigeant australien.