Rugby - FFR - Un nouveau duel Laporte-Grill pour les élections des Ligues régionales de la FFR

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Ce vendredi et ce samedi, les clubs voteront pour élire l'exécutif dans les treize Ligues régionales. Un mois après la réélection de Bernard Laporte à la présidence de la FFR, ce scrutin a valeur de test. Il y a un petit plus d'un mois, sans avoir besoin d'attendre le dépouillement des bulletins de Pennsylvanie ou du Michigan, Bernard Laporte était réélu à la tête de la Fédération française de rugby (FFR), pour un second et dernier mandat. Le premier week-end d'octobre, l'ancien sélectionneur du XV de France devançait son unique opposant Florian Grill mais sa marge, qu'il imaginait importante, s'avéra maigrelette (51,47 % des voix). C'est dans ce contexte qu'ont lieu, ces vendredi et samedi, les élections des Ligues régionales, round 2 non officiel du duel Laporte-Grill. Les votes ont été ouverts ce vendredi à 8 heures et se clôtureront samedi à midi. Trois ans après le scrutin qui a donné naissance à cette réforme territoriale, il s'agit à nouveau d'élire l'exécutif de chacune des treize Ligues régionales. Grill espère remporter quatre régions Dix présidents sortants sont des soutiens de Bernard Laporte, alors que deux appartiennent au mouvement Ovale Ensemble : Florian Grill lui-même, patron de la Ligue Île-de-France, et Jean-François Contant en Bourgogne-Franche-Comté, seul candidat à sa réélection. Pour ces élections, un duel aura lieu dans cinq régions : Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes. « Si nous gagnons dans trois régions, cela confirmerait notre résultat de l'élection à la présidence de la FFR, le mois dernier, dit Florian Grill. Si nous remportons une région supplémentaire, que nous réussissons un 4 sur 6, il s'agira d'une victoire forte pour nos idées. » Il sera également intéressant d'observer le résultat en PACA, la région que dirige le « Laportiste » Henri Mondino, face à qui se présente le « Grilliste » et ancien arbitre international Didier Mené. Ces six listes du mouvement « Ovale Ensemble » sont une de moins que ce qu'il aurait souhaité. « En Occitanie, nous avions déposé une liste, explique-t-il. Mais notre adversaire local (Alain Doucet) n'a pas accepté sa validation malgré les recommandations du CNOSF. Il se trouvait qu'une personne présente sur notre liste, en position non éligible, n'avait pas une licence en bonne et due forme. Le même cas de figure s'est produit en Île-de-France mais, cette fois, il concernait la liste qui se présente face à nous. Nous avons choisi de permettre à cette liste de se maintenir, du moment qu'elle retirait le nom "problématique". » lire aussi Toute l'actu rugby