Rugby et foot dans le même week-end : double ration à Clermont

Les Clermontois du foot vont-ils rendre le sourire aux supporters qui ont vu l'ASM perdre samedi ? (A.Martin/L'Equipe)

Ce week-end, le Clermont Foot et l'ASM Rugby ont fait billetterie commune pour leurs matches respectifs. L'occasion de réaffirmer les liens entre les deux clubs, qui partagent leur centre de formation.

Après la défaite de l'ASM Rugby, samedi, face à Bayonne (20-25) en Top 14 au stade Marcel-Michelin, les amoureux de sport auvergnat vont avoir l'occasion de se consoler avec la réception de Montpellier à Gabriel-Montpied, ce dimanche (15 heures, en direct commenté).


lire aussi

Pour la première fois, le club de football et celui de rugby ont décidé de faire billetterie commune alors que les deux équipes reçoivent ce week-end : 600 packs 100 % foot/rugby à 40 euros (30 € pour les moins de 16 ans) ont ainsi été vendus. Si cela a été rendu possible, c'est d'une part parce que Clermont-Ferrand est l'une des cinq villes en France (avec Lyon, Paris, Montpellier et Toulouse) à posséder une équipe dans l'élite du football et du rugby.

Ensuite, parce que des liens existent depuis quelques années entre les deux clubs via le centre de formation, qu'ils partagent depuis 2017. « On a mutualisé les coûts afin d'optimiser la gestion du centre et cela a aussi permis de créer des synergies intéressantes », explique Ahmet Schaefer, le président de Clermont Foot qui a pris la suite de Claude Michy, à l'initiative du projet.

Samuel Ezeala, ailier de l'ASM, titulaire samedi, fait partie des joueurs ayant fréquenté le centre de formation et l'internat, où résident les apprentis. « On vivait ensemble, on a créé des liens, se remémore le natif de Barcelone. Cela m'a fait du bien. Les footballeurs ont une autre mentalité. Ils sont plus à foutre le bordel, à mettre la musique, à danser, à rigoler bien fort. Cela faisait un beau mélange. » Entre Naël Jaby (prêté à Moulins, N2), Mohamed Bayo (Lille), Lucas Margueron (Clermont) ou encore Lorenzo Rajot (Rodez), le jeune rugbyman (22 ans) a conservé plusieurs amis parmi les footeux passés par le centre, où il est resté quatre années.


D'autres opérations commerciales pas exclues

Du côté du ballon rond, on se souvient surtout des passages à la salle de musculation. « On se charriait au niveau des charges, celles des rugbymen et les nôtres n'étaient pas les mêmes, rit Baïla Diallo, passé pro en 2021 après deux saisons et demie au centre. La cohabitation se passait bien. On était dans la même classe et ensuite on allait au centre ensemble. »

Suspendu contre Montpellier, Oliver Kamdem (20 ans), pro depuis mai après trois ans au centre, garde le souvenir de rugbymen « bon délire » et est resté ami avec le demi d'ouverture Théo Giral. « Eux étaient un peu plus studieux, et nous, on se laissait un peu aller, rigole-t-il. Mais on arrivait à bien s'entendre. »

Les dirigeants des deux clubs, qui se rencontrent régulièrement de manière informelle, n'excluent pas de réaliser d'autres opérations communes. « Il faut se servir intelligemment de cette relation pour que les spectateurs bénéficient de contenus uniques, il faut être créatif », rêve Schaefer.