Le rugby français a-t-il véritablement perdu son ADN ?

Après les déclarations de Frédéric Michalak, convaincu que le rugby français a "mis son ADN à la poubelle", Vincent Moscato et Jacques Verdier, directeur délégué du Midi Olympique, se sont opposés sur les conséquences de la professionnalisation du rugby lors du Super Moscato Show, ce jeudi.

Vincent Moscato n’est vraiment pas d’accord avec Frédéric Michalak. "Il ne peut pas dire que le championnat est à mettre à la poubelle, a lâché le consultant dans le Super Moscato Show, ce jeudi. C’est un des meilleurs championnats. Le jeu qui est pratiqué est bon […], n’a fait que progresser."

"En France, on est toujours à copier"

Mais le problème est ailleurs pour Jacques Verdier. "En France, on est toujours à copier ce qui se fait ailleurs et c’est vrai que, depuis vingt ou trente ans, on cible systématiquement le physique, il faut absolument faire du physique, a regretté le rédacteur en chef du Midi Olympique. Au point qu’on a oublié de savoir faire ce qui faisait notre force dans les années 70 ou 80."

A lire aussi >> Top 14: la LNR déboutée par le tribunal administratif pour les matches reportés

"On est dans un rugby football américain"

"Dire que les joueurs fassent moins de muscu, c’est une chimère, ça n’existe pas, l’a vivement contredit Vincent Moscato. On est dans un rugby football américain, un rugby de défi physique depuis vingt, vingt-cinq ou trente ans et ça ne fait que monter."

Pour autant, Jacques Verdier veut croire à un juste milieu. "On a toujours été capables de faire des choses que les autres ne savaient pas faire sur l’inspiration, sur la vivacité. […] Et ça on l’a perdu parce que dans tous les centres de formation depuis trente ans au lieu...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages