Rugby - Justice - La Cour de cassation met un point final au contentieux Boudjellal-EPCR

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La Cour de cassation a annulé mardi la condamnation de l'EPCR, organisatrice des Coupes d'Europe, accusée de diffamation par l'ancien président de Toulon Mourad Boudjellal. Point final à l'affaire qui oppose Mourad Boudjellal à l'EPCR : la Cour de cassation a annulé mardi la condamnation de l'instance organisatrice des compétitions européennes, accusée de diffamation par l'ancien président du RC Toulon. En juillet 2018, après un incident impliquant Mathieu Bastareaud que Mourad Boudjellal avait défendu, l'EPCR (European Professional Club Rugby) avait qualifié « d'homophobe » le comportement du dirigeant toulonnais qui avait été condamné à 75.000 euros d'amende par la commission de discipline de l'instance européenne. Boudjellal avait alors porté plainte, dénonçant un « harcèlement » et un « abus de pouvoir ». En février 2020, l'ex-patron du RCT avait remporté une première manche judiciaire : l'EPCR et son directeur général Vincent Gaillard avaient été condamnés par le tribunal correctionnel de Toulon. Rebelote en octobre 2020 : la cour d'appel d'Aix-en-Provence avait confirmé la condamnation de l'instance et de son dirigeant. Mais dans son arrêt du 23 novembre, consulté par l'AFP, la Cour de cassation « casse et annule, en toutes ses dispositions, l'arrêt susvisé de la cour d'appel d'Aix-en-Provence, en date du 5 octobre 2020 », sans prononcer de renvoi de l'affaire, qui est donc close.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles