Rugby - Justice - Mohed Altrad : « Je rejette l'idée de la corruption et aussi celle du trafic d'influence »

·1 min de lecture

Sur l'antenne de Sud Radio, ce mercredi, Mohed Altrad, le président du Montpellier Hérault Rugby, a réagi à la publication du rapport de la BRDE, lundi. Il nie les accusations portées contre lui. Après quatre années d'enquête sur une suspicion de favoritisme entre Bernard Laporte, président de la Fédération française (FFR), et Mohed Altrad, président du Montpellier Hérault Rugby (MHR) et principal sponsor du XV de France, de lourdes accusations pèsent contre les deux hommes, selon un rapport de la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) que L'Équipe a consulté. lire aussi Affaire Laporte-Altrad : un rapport de police accablant Laporte y est accusé de corruption, trafic d'influence, abus de confiance, prise illégale d'intérêts, abus et recel d'abus de biens sociaux, tandis qu'Altrad est, lui, accusé de corruption, de trafic d'influence et d'abus de biens sociaux. Mercredi, sur les ondes de Sud Radio, ce dernier a nié les accusations portées contre lui. « Tout ce que vous lisez, ce que vous avez lu et ce que vous lirez a déjà été dit en 2017 et 2018, a-t-il déclaré. Il n'y a rien de nouveau. Après, on espère que ce feuilleton s'arrêtera un jour. Mais il n'y a rien de nouveau. C'est juste un habillage différent. » lire aussi Comment Laporte s'est mis au service d'Altrad Mohed Altrad « J'apprécie Bernard Laporte qui est devenu très proche. Mais ce n'est pas pour autant que je pratiquerais des choses impropres. » Altrad n'a cependant pas apporté beaucoup d'explications : « Il y a le secret de l'instruction. Je suis pris dans un contexte du rugby français qui est un petit milieu. Je suis très différent de ce petit milieu. Je rejette l'idée de la corruption et aussi celle du trafic d'influence. Même si je ne peux pas parler du dossier en ce moment. Un jour, j'en parlerai. Et ce sera intéressant. Je ne redoute rien. C'est la première fois que je suis dans ce genre de situation et je ne suis pas vraiment un bon client pour cela. » Le dirigeant montpelliérain a reconnu qu'il était proche de Bernard Laporte. « Dans le milieu du rugby, tout le monde est ami avec tout le monde, a-t-il dit. Mais est-ce vraiment vrai ? Je vous laisse vraiment juge. En tout cas, j'apprécie Bernard Laporte qui est devenu très proche. Mais ce n'est pas pour autant que je pratiquerais des choses impropres. » lire aussi Le maillot des Bleus au coeur de l'enquête lire aussi Édito : trop de fautes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles