Rugby - CE - LR - Grégory Alldritt (La Rochelle) : « Une bonne énergie dans le groupe » avant la finale de Coupe d'Europe

·3 min de lecture

À quatre jours de la finale de Champions Cup contre Toulouse, le troisième-ligne de La Rochelle Grégory Alldritt a assuré ce mardi en conférence de presse que ses coéquipiers et lui étaient prêts à relever le défi européen. « Comment vous sentez-vous personnellement et comment sentez-vous le groupe à l'approche de cette finale de Coupe d'Europe contre Toulouse ?
Personnellement je me sens bien, on a eu une période où on a enchaîné beaucoup de matches mais où le groupe a bien tourné, certains ont pu se reposer, d'autres ont pu avoir du temps de jeu. Ça s'est très bien goupillé, surtout en terminant par une victoire bonifiée contre Agen. Là, on attaque cette semaine, il y a une bonne énergie dans le groupe, tout le monde est bien concentré, on garde notre bonne humeur. lire aussi Levani Botia toujours incertain pour la finale Que représente pour vous une finale de Coupe d'Europe ?
Avec le Top 14, c'est le Graal, des titres durs à aller chercher. Quand on est en finale de Coupe d'Europe, on est à deux doigts de soulever la coupe. C'est difficile, parce que soit on soulève un trophée, soit on se dit qu'on a fait un long chemin pour pas grand-chose. On se souvient rarement des finalistes. Vous avez déjà vécu des matches à enjeux. Sentez-vous le groupe plus confiant cette fois ?
Pas plus confiant ou plus serein, on se remet en question après chaque match, y compris après celui du Leinster. On a vite basculé, on sait que Toulouse est une grande équipe qui a l'habitude de jouer des finales. Vous allez retrouver une autre équipe française...
Tant mieux, ça récompense le Top 14, la formation française. On préfère que des clubs français soulèvent la Coupe plutôt que des clubs étrangers. « Quand on a joué la finale de Challenge ou la demie de Top 14 (en 2019), je pensais aussi qu'on était prêts » Après le Leinster, Toulouse, si vous l'emportez, vous aurez eu un beau parcours...
Bien sûr, on n'a rien volé, on est là grâce à notre travail, ça fait un an qu'on bosse dur, depuis le 15 mai dernier, notre reprise après le confinement, pour vivre ces semaines-là. Il faut en profiter, aller jouer cette finale sans stress, sans gêne. Juste se régaler, profiter des soutiens qu'on voit en ville, les drapeaux... ça nous donne de la force, ça nous porte. On puise là-dedans. Qu'avez-vous changé dans votre préparation pour éviter le stress ?
On ne voulait pas changer grand-chose. Tout vouloir changer parce qu'on joue une finale, c'est souvent une grosse erreur à faire. On a une formule qui marche bien depuis le début de l'année. On n'a pas voulu tout bouleverser. Il risque d'y avoir un gros défi devant...
Oui, ils ont un pack puissant, une bonne mêlée, une très bonne touche. Je ne suis pas sûr des conditions (météo) qu'il y aura à Twickenham, mais la conquête et le jeu d'avant vont être importants. Vous sentez-vous cette fois prêts à gagner quelque chose ?
Je ne sais pas, quand on a joué la finale de Challenge ou la demie de Top 14 (en 2019), je pensais aussi qu'on était prêts, on était sûrs de nous. On construit petit à petit, ce n'est pas une simple équipe, on a un très beau groupe, 50 joueurs qui sont formidables aux entraînements ou en matches. Mais cette petite marche à franchir c'est souvent la plus dure. » lire aussi Le tableau de la Coupe d'Europe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles