Rugby - CE - LR - Romain Sazy (La Rochelle) : « Ce sera du 50-50 »

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le capitaine du Stade Rochelais Romain Sazy se veut prudent avant la finale de la Coupe d'Europe. Même s'il estime que son équipe a « le mélange parfait cette saison ». Le duel franco-français en finale de Coupe d'Europe entre Toulouse et La Rochelle, « ce sera du 50-50 », a affirmé vendredi le capitaine et deuxième ligne du Stade rochelais Romain Sazy. Le Stade toulousain vise un cinquième trophée pour battre le record dans la compétition alors que le Stade rochelais jouera sa première finale de Champions Cup. lire aussi La Rochelle, port d'attaches « (Toulouse) c'est une équipe avec des individualités très fortes, le groupe est très puissant aussi mais après, ce sera du 50-50. Je pense qu'on s'est très bien préparés. Et la question de l'expérience avait été évoquée juste avant la demi-finale contre le Leinster. Il faut arrêter de se cacher là-dessus, L'expérience on l'a », a expliqué Sazy, 34 ans, lors d'un point presse. « On a le mélange parfait cette année, je veux parler du groupe et des entraîneurs (le Néo-Zélandais Jono Gibbes et l'Irlandais Ronan O'Gara), qui l'ont gagnée et connaissent très bien la compétition. Il ne faut surtout pas se poser de questions. On a très hâte d'être à demain (samedi) », a poursuivi Sazy, qui évolue à La Rochelle et y a connu la relégation en deuxième division. Romain Sazy « On a besoin d'un trophée pour avoir une belle récompense et surtout pour réunir ce groupe à jamais » « En 2010, je ne pensais pas à ça (jouer une finale de Champions Cup) mais l'appétit est venu au fil des années. Je suis tombé dans un club qui me correspond et avec beaucoup d'ambition surtout », a-t-il ajouté. La Rochelle n'a pas modifié sa préparation habituelle avant la finale, aux dires de son capitaine. « On est resté sur notre ligne de conduite qui a fait notre force toute la saison, on n'a rien inventé, on est restés nous-mêmes avec beaucoup d'humilité », a-t-il assuré, réaliste sur les forces de son équipe. « On a conscience forcément d'avoir franchi une étape contre le Leinster (en demi-finales) mais comme je l'avais dit ce n'est pas une fin en soi [...] On est à 80 minutes de pouvoir changer la donne sur pas mal de choses pour ce club », a poursuivi Sazy. « On a besoin d'un trophée pour avoir une belle récompense et surtout pour réunir ce groupe à jamais », a-t-il conclu.