Rugby - Mathieu Guillou, le rugbyman devenu chanteur de soul

L'Equipe.fr
L’Equipe

Ancien deuxième-ligne rugueux du pack de Voiron, Mathieu Guillou, alias « Mister Mat », s'illustre désormais avec bonheur dans la chanson.Il a des airs de Duane Vermeulen : silhouette massive, barbe naissante et regard clair. Comme le troisième-ligne Springbok champion du monde, Mathieu Guillou, « Mister Mat », 40 ans, a lui aussi joué au rugby. Deuxième-ligne au sein du SOV, le Stade Olympique Voironnais, en Isère. Il a enchaîné les tampons en Fédérale 3, 2 puis en 1, au début des années 2000. Une passion familiale pour ce petit-fils de déporté. « Avec mon daron, c'était compliqué. Ce sport a créé du lien entre nous. » Le fiston aime mettre la tête dans les points chauds, gratter des ballons, être « celui qui y allait et sur lequel les copains pouvaient compter ». Dans ces divisions inférieures, les arbitres sont moins bien formés et ne disposent pas d'arbitrage vidéo. « C'est beaucoup plus dur que le Top 14. J'ai arrêté à 25 ans, j'avais besoin de mes mains. Ma dernière blessure, je la dois à Marc Cécillon. »Après 47 sélections en équipe de France, ce dernier achève sa carrière à l'US Beaurepaire (1999-2003). « Je lui avais chipé un ballon en touche. Cinq minutes plus tard dans un groupé pénétrant, il m'a chopé le pouce. Crac ! Doigt cassé. » En 2004, Cécillon abattra son épouse d'un coup de revolver. Il sera condamné en appel à quatorze années de réclusion. Mathieu, lui, raccroche, décidé à placer la musique au coeur de sa vie. Son mètre quatre-vingt-treize et ses 110 kg avec. Lui qui a commencé la guitare à 17 ans a fondé les Mountain Men, groupe auquel se joindra Denis Barthe, le batteur de Noir Désir, ainsi que Ian Giddey, harmoniciste australien qui a accompagné Graeme Allwright. « Près de 700 concerts en dix ans, partout dans le monde. Parfois en festival aux côtés de Lenny Kravitz, devant 30 000 personnes. »Sa reprise de « Girls just want to have fun » de Cyndi Lauper est jubilatoireAmoureux de Brassens, Guillou est capable d'apporter sa voix soul à la reprise de Georgia on my mind, popularisée par Ray Charles. Il se lance désormais en solo. À 40 ans, il vient de signer chez Universal. Un album est prévu au printemps. Sa reprise de Girls just want to have fun de Cyndi Lauper est jubilatoire. « J'aime le côté décalé entre cette chanson et mon interprétation rocailleuse, ça marche bien sur scène. » Le clip a été tourné avec les féminines du Sporting Club d'Albi. Ce costaud ultrasensible vient d'enregistrer avec le mythique ingénieur du son Dominique Blanc-Francard. Il peaufine ces jours-ci le titre Désespérément optimiste. « Cet antagonisme dit beaucoup de moi. Avant, j'avais le rugby, désormais la musique est mon expression intime, ma vie. Comme sur un terrain j'y donne tout, ma force et ma fragilité. Sans plan B. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi