Rugby - Mondial 2021 (F) - Annick Hayraud : « J'ai été surprise » par le report de la Coupe du monde 2021

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Persuadée jusqu'à la semaine dernière que la Coupe du monde 2021 se tiendrait bien cette année, Annick Hayraud, la manager de l'équipe de France, comprend la décision (officialisée mardi par World Rugby) de décaler la compétition en 2022. « Avez-vous été surprise par le report de la Coupe du monde 2021 ?
J'étais persuadée que la Coupe du monde se jouerait cette année. On avait des signaux positifs, il y avait eu le tirage au sort, le système d'isolement et de quarantaine avait été annoncé, ils nous avaient fait choisir nos lieux d'hébergement. Donc quand j'ai appris l'annonce, j'ai été très surprise. Mais si on prend un peu de hauteur, on s'aperçoit que des nations ne s'entraînent toujours pas collectivement. Dans ces conditions, on se dit que ce n'est pas possible de jouer cette année. lire aussi World Rugby approuve le report de la Coupe du monde féminine à 2022 Avez-vous digéré cette décision ?
Oui, une fois que ça a été annoncé et qu'on y a réfléchi, il y a la compréhension. Il faut que toutes les équipes puissent participer à cette compétition avec la même préparation. Pour nous, c'est une réelle opportunité de disposer d'un an de plus pour travailler. On était dans une situation où tout était planifié, on voulait faire le mieux possible, avec les deux objectifs qui étaient les JO (pour l'équipe à 7) puis la Coupe du monde. Là, les filles vont pouvoir se consacrer aux Jeux. On va être à fond derrière elles pour réussir cette compétition. Les joueuses à 7 de votre groupe ne vont pas participer au Tournoi des Six Nations ?
La priorité va à leur préparation pour les Jeux, des filles partiront participer à des tournois parce qu'elles n'ont pas beaucoup joué de match à 7. Quelques-unes vont nous rejoindre sur un laps de temps pour le Tournoi pour travailler avec nous. « Les joueuses ont fait beaucoup de sacrifices, il faut qu'elles digèrent cette annonce » Avez-vous senti vos joueuses affectées par le report de la Coupe du monde ?
Elles ont fait beaucoup de sacrifices, il faut qu'elles digèrent cette annonce. Je les ai eues le soir de l'annonce par visioconférence, on avait été prévenu juste avant. Il n'y a pas eu de grands discours, tout le monde était un peu stupéfait. Mais ce sont des athlètes de haut niveau, elles vont se replonger sur différents objectifs plus qu'intéressants. Elles jouent en club, le Tournoi des Six Nations va arriver (en avril). Après l'annulation de la fin du dernier Tournoi des Six Nations, le report de l'édition 2021 et le report de la Coupe du monde, comment expliquez-vous que les compétitions féminines sont davantage décalées que celles des hommes ?
Je ne comparerais pas avec les hommes, je ne crois pas que ça se joue là-dessus. C'est simplement qu'aujourd'hui, on a des joueuses, Irlandaises par exemple, qui n'ont pas le statut de haut niveau. Ce qui signifie que si elles viennent jouer en France, elles doivent respecter une quatorzaine en rentrant. Les Italiennes n'ont, je crois, pas le droit de s'entraîner collectivement. Ces reports ne seraient donc finalement qu'une conséquence de la différence de statuts entre hommes et femmes dans le monde ?
Exactement. S'il y a quelque chose à défendre, c'est ça. « On m'a confirmé il y a deux jours que le Tournoi des Six Nations serait maintenu » Dans ces conditions, avez-vous des doutes sur la bonne tenue du Tournoi des Six Nations au printemps ?
On m'a confirmé il y a deux jours qu'il serait maintenu. On se prépare, on s'organise. La situation sanitaire est peut-être un peu meilleure maintenant chez les Britanniques. Mais tout ça dépasse mes compétences. Quel nouveau programme allez-vous bâtir pour les Bleues ?
On y réfléchit, on a avancé sur une première trame. Mais on est aussi dans l'attente des nouvelles dates de la Coupe du monde. On y verra plus clair quand on les aura. Il va y avoir aussi une proposition de modification des calendriers domestiques, pour que les clubs puissent disposer de leurs joueuses. Allez-vous aborder différemment le Tournoi des Six Nations ?
Oui, déjà parce qu'on va faire une semaine d'isolement à la maison avant, une semaine en chambre et en entraînement individuel ensuite. Rien que ça, c'est particulier. Puis, on préparera le Tournoi pour être les plus performantes possible. On va aussi en profiter pour voir quelques jeunes avec nous sur le début, les faire travailler, voir leur évolution. »