Rugby - NZL - Disparition - L'ancien All Black Andy Haden est mort à 69 ans

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Andy Haden, ancien deuxième-ligne, qui fut 41 fois international avec les All Blacks, est mort mercredi des suites d'un cancer. Il avait 69 ans. Andy Haden, ancien deuxième-ligne et capitaine des All Blacks, est mort mercredi à 69 ans des suites d'un cancer. Il avait joué 117 matches au total sous le maillot noir, dont 41 test-matches internationaux, le premier contre les Lions britanniques et irlandais en 1977, le dernier contre l'Argentine en 1985.

Haden était « regardé à l'étranger comme le principal obstacle à surmonter pour pouvoir envisager une victoire contre la Nouvelle-Zélande », estimait Bob Howitt, l'écrivain spécialiste du rugby, qui parlait de lui comme un joueur « sans égal sur la scène internationale » à son poste. Auckland Ponsonby Rugby «Plus que quiconque, c'est à lui que l'on doit l'accession du rugby au statut professionnel » Hors du terrain, Andy Haden se battait pour donner un statut professionnel au rugby, avec un but affiché de devenir le « premier millionnaire » de son sport, ce qui l'a poussé à venir jouer dans les années 1970 en France (Stadoceste tarbais) et en Italie, où les meilleurs joueurs pouvaient espérer vivre du rugby. « Plus que quiconque, c'est à lui que l'on doit l'accession du rugby au statut professionnel, a rendu hommage son ancien club, le Ponsonby Rugby d'Auckland. Les joueurs d'aujourd'hui qui gagnent bien leur vie ont bien des raisons de le remercier. » Bill Osborne, président de la Fédération néo-zélandaise « Il défendait les droits des joueurs pendant et après sa carrière de joueur » « Je me souviens de la façon dont il s'occupait des jeunes joueurs qui arrivaient chez les All Blacks, et comment il défendait les droits des joueurs pendant et après sa carrière de joueur », a déclaré Bill Osborne, le président de la fédération néo-zélandaise, également ancien coéquipier d'Andy Haden. Après sa carrière, ce dernier avait monté avec succès une agence pour représenter des joueurs, mais aussi la mannequin Rachel Hunter. Nommé ambassadeur de la Coupe du monde 2011 dans son pays, il avait cependant dû démissionner après des commentaires controversés, jugés sexistes et racistes.

lire aussi Toute l'actualité du rugby