Rugby - Pro D2 - Béziers - Béziers : le maire Robert Ménard demande du changement

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Alors que le feuilleton de la vente avortée à des fonds franco-émiriens est terminé et que l'ASBH a été autorisé à évoluer en Pro D2, le maire Robert Ménard cible l'actuelle direction du club. Après plusieurs semaines agitées en coulisses en raison de la possible vente du club de Béziers à des fonds franco-émiriens, portés notamment par l'ex-international Christophe Dominici, - un projet finalement rejeté par la DNACG -, l'ASBH, qui a dans la foulée obtenu le feu vert pour évoluer en Pro D2, tente de retrouver un peu de sérénité. Cependant, dans le Midi Libre, le maire de la ville Robert Ménard a demandé du changement et s'en est pris à l'actuelle direction du club. lire aussi Le projet de rachat de Béziers recalé par la DNACG « On a sauvé les meubles, a-t-il expliqué. Ça aurait pu être une catastrophe. Maintenant, ce n'est pas possible de continuer comme ça, avec la même direction, la même structure capitalistique. Il faut changer les règles du jeu, les rapports avec les collectivités, les dirigeants, les rapports avec le club amateur, avec les supporters. Il faut tout remettre à plat. » Robert Ménard « Ces 900 000 euros (de subventions collectives), c'est l'argent des Biterrois, on est en droit de se poser un certain nombre de questions » Mais Ménard, qui a toujours gardé un oeil attentif sur le processus de vente, finalement avortée, ne s'arrête pas là et laisse entendre que les 900 000 euros de subventions collectives pourraient être remis en question. lire aussi Le sponsor principal de Béziers claque la porte « Fort des 900 000 € qu'on donne chaque année, on pèse, a affirmé Ménard. Et moralement, le club a des comptes à rendre. Je donnerai la même chose si tout a changé. Je suis là pour réconcilier les gens. Et je ferai en sorte qu'il y ait du changement. Ces 900 000 €, c'est l'argent des Biterrois, on est en droit de se poser un certain nombre de questions. Bien sûr, rien ne justifie ni les menaces, ni les insultes qu'il y a pu avoir (à l'égard des actuels actionnaires). Mais ça fait des années, que les dirigeants du club me mentent », assure encore le maire de Béziers. Ambiance...