Rugby - Pro D2 - Biarritz s'impose à la dernière seconde à Vannes et rejoint Perpignan en finale de la Pro D2

·3 min de lecture

Biarritz a marqué l'essai de la victoire dans le temps additionnel pour s'imposer à Vannes (33-34) et se qualifier pour la finale de Pro D2 la semaine prochaine contre Perpignan à Montpellier. Le match : 33-34 Un scénario complètement dingue, renversant et en même temps tellement cruel pour Vannes. Biarritz a tout chamboulé à la dernière seconde, en marquant l'essai de la victoire à la sirène par Gabin Stark, sous les poteaux, pour s'imposer d'un petit point grâce à la transformation de Gilles Bosch (33-34). Juste avant l'heure de jeu, Vannes semblait pourtant avoir fait le plus dur en inscrivant deux essais coup sur coup (50e, 53e) pour faire le premier réel écart au score (27-15). Mais Biarritz a réagi presque dans la foulée sur un essai plein de filouterie du demi de mêlée remplaçant Barnabé Couilloud (57e), permettant à son équipe de revenir à cinq unités (27-22). Le tournant aurait peut-être pu intervenir dans l'enchaînement échec face aux perches de Gilles Bosch (65e) - réussite de Christopher Hilsenbeck pour Vannes dans le même exercice (66e). Plutôt que de recoller à deux points, le BO se voyait mené de huit (30-22). Si le talonneur Lucas Peyresblanques relançait le suspense en marquant pour le BO (73e), Bosch manquait la transformation (30-27) avant que Hilsenbeck n'ajoute une deuxième pénalité pour le club breton (33-27). La sirène approchait à grands pas, les Vannetais s'accrochaient comme jamais à leur rêve et tout semblait joué malgré la supériorité numérique après le carton jaune de l'ailier Barry (72e). Jusqu'à une dernière percée de Romain Lonca, un relais de Peyresblanques et un Gavin Stark qui filait sous les poteaux pour envoyer le BO en finale... Les Basques ont rendez-vous samedi prochain face à Perpignan à Montpellier. Le vainqueur montera en Top 14, le perdant affrontera en barrage le 13e du Top 14, qui sera soit Pau soit Bayonne. lire aussi Le film du match Un homme dans le match : Gilles Bosch Le demi d'ouverture du BO est passé par toutes les émotions pendant cette rencontre. Il a été l'un des grands artisans de la victoire de son équipe et il a également failli être celui qui aurait pu tout gâcher... Son pied gauche, d'ordinaire si précis face aux perches, a tremblé à deux reprises dans le dernier quart d'heure à un moment où son équipe avait plus que tout besoin de points. Un échec sur une pénalité largement dans ses cordes (65e) et un autre sur la transformation de l'essai de Peyresblanques (73e). Cinq points laissés en route (plus deux autres en première période sur une transformation difficile en coin, 23e) qui ont failli coûter cher. Mais l'ancien Grenoblois, champion de France en 2009 avec Perpignan alors qu'il n'était encore qu'Espoir, est aussi celui qui a marqué le deuxième essai basque en première période après avoir profité d'une erreur de communication dans la défense vannetaise. Le demi d'ouverture du BO termine la rencontre avec 14 points au compteur, une gestion du jeu offensif impeccable et surtout la transformation de la victoire... Elle était en face des poteaux, à cinq mètres, certes, mais il ne fallait pas se manquer !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles