Rugby - R. Championship - Les All Blacks sévèrement critiqués par la presse néo-zélandaise, après leur défaite face à l'Argentine en Rugby Championship

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Pour la première fois de leur histoire, les All Blacks ont perdu face à l'Argentine (25-15), samedi lors du Rugby Championship. La presse néo-zélandaise ne les a pas épargnés. La presse néo-zélandaise s'est déchaînée, après la défaite historique et « honteuse » des All Blacks face à l'Argentine (25-15), samedi lors de la troisième journée du Rugby Championship. Jamais encore, les Pumas n'avaient battu la Nouvelle-Zélande, avant cette 30e confrontation entre les deux sélections. Ce camouflet est un résultat qui « fait honte à l'héritage des All Blacks », a estimé le New Zealand Herald. « Tout simplement horrible » a asséné le site Stuff, tandis que Television New Zealand a décrit la performance comme un « spectacle d'horreur », livré par des All Blacks « négligents ». Après leur revers face à l'Australie (24-22) la semaine dernière, c'est la première fois depuis neuf ans et 122 matches que les All Blacks se sont inclinés deux fois de suite. Gregor Paul (New Zealand Herald) « Sans imagination ni inspiration » « Il n'y avait rien chez les All Blacks, a jugé Gregor Paul dans le Herald. Absolument rien et rarement au cours des dix dernières années, peut-être même les vingt dernières années, ont-ils été autant secoués et surclassés. » L'Argentine les a « réduits à une bande de joueurs bordéliques, sans imagination ni inspiration, qui n'ont pu ni plaquer, ni faire de passes ou remporter les touches et encore pire, n'ont pas pu apporter la même passion et intensité que les Pumas », a encore lancé le chroniqueur sportif. John Kirwan (Sky Sport) « Ils n'ont pas de plan B » Pour John Kirwan, ancien All Black, qui s'exprimait sur Sky Sport, l'Argentine, comme l'Angleterre, qui avait battu la Nouvelle-Zélande (19-7) en demi-finale de la Coupe du monde l'an passé, a montré que lorsque les All Blacks sont mis sous pression « ils n'ont pas de plan B ». Ce match restera comme « l'une des performances les plus pathétiques » de l'histoire récente, a également jugé Jamie Wall, de Radio New Zealand, pour qui l'avenir du sélectionneur Ian Foster pourrait s'écrire en pointillés.