Rugby - CE - ST - Jean Bouilhou, après la suspension de quatre semaines de Julien Marchand : « De la tristesse pour lui et un sentiment d'injustice »

·2 min de lecture

Joueurs, dirigeants et membres du staff du Stade Toulousain ont accueilli avec beaucoup d'amertume la suspension pour quatre matches du capitaine Julien Marchand. Le talonneur sera privé de la finale de la Coupe d'Europe, dans une semaine, face à La Rochelle. La mauvaise nouvelle est tombée mercredi soir, après un conseil de discipline par visioconférence de près de cinq heures. Cité pour un plaquage dangereux sur l'arrière de Bordeaux-Bègles, Romain Buros, en demi-finales de la Coupe d'Europe (21-9 pour Toulouse) le 1er mai dernier, le talonneur Julien Marchand a été sanctionné de quatre matches de suspension par la commission disciplinaire de l'EPCR. Une punition lourde de conséquences, puisque le talonneur et capitaine du Stade Toulousain ne pourra rejouer qu'à partir de la 26e et dernière journée de la saison régulière du Top 14, le 5 juin prochain, à l'UBB, et manquera donc le rendez-vous majeur de la saison face à La Rochelle, dans une semaine, en finale de la Coupe d'Europe. La décision, qui ne fera pas l'objet d'un appel, a forcément ébranlé tous ses coéquipiers et entraîneurs. « Moi, personnellement, c'est un ami, donc j'étais très déçu pour lui, soupire l'ailier Arthur Bonneval. J'attendais impatiemment son SMS après le long conseil de discipline. Ça fait chier pour lui, parce qu'il avait déjà raté la finale du Championnat d'il y a deux ans à cause d'une blessure. C'est d'autant plus compliqué que c'est notre capitaine. Mais on va tout faire pour l'emmener en demi-finales, et peut-être en finale du Top 14. » Jean Bouilhou, entraîneur des avants de Toulouse « Au regard de sa saison, il ne mérite pas de louper ce match »
Le talonneur titulaire des Bleus a très vite souhaité s'exprimer devant ses partenaires pour faire en sorte que la frustration née de sa suspension ne prenne pas une trop grande importance. Dès le lendemain, jeudi, il s'est donc présenté face au groupe. « Julien est un gars qui, même dans une situation comme celle-là, agit comme un champion, observe Jean Bouilhou, l'entraîneur des avants toulousains. Il assume complètement le truc et a dit les mots qu'il fallait devant le groupe. Maintenant, il a juste envie de passer à autre chose. C'est dommageable, bien sûr, parce qu'au regard de sa saison, il ne mérite pas de louper ce match. On ressent donc forcément de la tristesse pour lui et un sentiment d'injustice. Mais il a réagi d'une façon exceptionnelle. Du coup, même si tous les gars sont tristes pour lui, ils ont pris conscience aussi qu'il faudrait faire sans lui. C'est aussi ça la vie du sport, il faut savoir très vite se projeter dans le futur. » Dans une semaine, face aux Rochelais, c'est Peato Mauvaka qui devrait endosser la tunique de titulaire au « talon », avec le frère de Julien, Guillaume Marchand, comme doublure. voir aussi Podcast : La Rochelle-Toulouse, une finale de Coupe d'Europe colossale

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles