Rugby - CE - ST - Ugo Mola (Toulouse) après la qualification en finale de la Coupe d'Europe : « On a passé un cap »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Après deux échecs d'affilée en demi-finales de la Coupe d'Europe, le Stade Toulousain a réussi à accéder à la finale en battant Bordeaux-Bègles (21-9), samedi, au bout d'un match difficilement maîtrisé. Pour son manager, c'est le fruit d'un gros travail entrepris depuis plusieurs années. Ugo Mola (manager de Toulouse, vainqueur (21-9) de Bordeaux-Bègles en demi-finales de la Coupe d'Europe) : « On savait que l'UBB était une équipe qui pouvait être dangereuse à tout moment. Après, c'est plus Toulouse qui s'est précipité et a manqué d'un peu de patience sur des points clés. Avec un peu plus d'application, on a trois ou quatre occasions franches qu'on aurait pu mieux terminer. Mais on est en finale, on ne va pas bouder notre plaisir. Si j'ai été inquiet ? Non, je n'ai pas eu la sensation d'avoir été sous pression par les coups de boutoir ou les attaques bordelaises. Il y a plutôt eu un bras de fer autour de l'intensité et de l'occupation. Mais c'est une demi-finale, un match toujours particulier. Le regret, c'est qu'on ''breake'' 7 ou 8 fois et qu'on ne marque de deux fois, ce qui n'est pas dans nos habitudes. L'équipe a été envahie par l'approximation. Après, on réalise une perf contre une équipe qui a tapé fort et on a tapé fort aussi. La perf de nos avants a été intéressante, et notre charnière a bien géré le match. On ne s'invite pas en finale par hasard. Il faut construire les choses de manière patiente, et on a été patients. On a passé un cap, ce soir, en atteignant la finale, mais on ne va pas se prendre pour d'autres. Il y a matière à faire évoluer nos prestations. La guerre des étoiles est lancée. » lire aussi Le film du match Maxime Médard (arrière de Toulouse) : « C'est toujours plaisant d'arriver en finale. On a réussi à passer les étapes précédentes des matches de phase finale à l'extérieur (au Munster et à Clermont). On est très heureux car ce n'était pas un match simple. On savait qu'il y a une rivalité entre coaches, entre régions... Avec tout ce qu'il y a eu autour et qui a été néfaste, on savait qu'on allait tomber contre une équipe difficile à manoeuvrer, qui a eu des problèmes de Covid, certes, mais les Bordelais ont aligné une très belle équipe et nous ont embêtés. Ils sont venus sans pression et ont tout donné. On avait bien analysé leur jeu, on savait que Jalibert était la pièce maîtresse. Mais on ne sait jamais comment ça peut se passer... Et ça s'est bien passé ! Nous, on était peu crispés, j'ai eu l'impression qu'on avait du mal à mettre notre jeu en place. On a mis les points au bon moment et on a réussi à se sortir de ce piège-là. » lire aussi Les tops-flops de Toulouse-UBB