Rugby - Top 14 - 23e journée : Vivement dimanche

L'Equipe.fr
Les matches de dimanche seront absolument à suivre pour les enjeux qu'ils comportent. Au programme : Racing 92-Pau pour la course au top 6 et Toulon-Toulouse que les Toulousains n'ont plus perdu depuis deux ans. Vous allez aimer la fin du week-end.

Les matches de dimanche seront absolument à suivre pour les enjeux qu'ils comportent. Au programme : Racing 92-Pau pour la course au top 6 et Toulon-Toulouse que les Toulousains n'ont plus perdu depuis deux ans. Vous allez aimer la fin du week-end.Pau entre en résistance (Racing 92-Pau, 12h30)Quand l'heure est plutôt à dresser la table ou s'assurer que la mayonnaise est bonne en la goûtant une dernière fois, le Racing 92 (8e) et la Section Paloise (6e) en découdront sur la pelouse d'Yves du Manoir à Colombes. Les Palois ont l'habitude, ils font partie de ceux qui ont le plus joué à cet horaire incongru (cinq fois comme Montpellier et Brive) alors qu'il s'agira d'une première pour les Ciel et Blanc.L'enjeu du déjeuner : rester dans le top 6, synonyme de phase finale, pour Pau et y rentrer pour les champions en titre. Les Béarnais se sont assis à la table VIP du Top 14 le 12 février dernier, lors du match en retard de la 16e journée contre le LOU (victoire 38-15). Depuis, ils ne l'ont plus quittée, oscillant entre la quatrième et la sixième place. De leur côté, les Racingmen n'y ont été invités que trois fois depuis le début de la saison (3e, 5e et 14e journée).Pau restent cependant sur deux défaites face aux deux premiers du championnat (13-23 contre La Rochelle et 65-13 contre Clermont). Ce match contre un autre gros, un peu moins en forme certes mais gros quand même, est un véritable test pour le promu de la saison 2015/2016. Encore plus sans ses cadres All-Blacks, Colin Slade (commotions répétées) et Conrad Smith (pommette).«Quand Conrad se blesse on s'est demandé comment on allait faire ! Mais on va continuer pareil, en restant fidèles à nous même et en suivant les mecs qui bossent depuis longtemps et bien. J'ai entièrement confiance en ce groupe», affirme le capitaine palois Julien Pierre, blessé jusqu'à la fin de la saison, donc spectateur contraint.Une situation que les Racingmen tenteront évidemment d'exploiter : «C'est une équipe qui ne lâche rien mais dire que c'est la même sans eux, c'est faux. C'est un match crucial, à nous d'être performant», annonçait le demi de mêlée Maxime Machenaud en conférence de presse jeudi.Toulouse pour l'honneur (Toulon-Toulouse 17h)«Il va falloir se bouger le cul», disait l'arrière toulousain Maxime Médard après la défaite contre l'UBB (20-11) lors de la 22e journée de Top 14. A ce moment là, les Rouge et Noir sombraient à la 10e place et enchaînaient une sixième défaite en sept matches. Si les hommes d'Ugo Mola veulent encore espérer accrocher les phases finales, qu'ils jouent depuis quarante ans, il n'y a plus d'option à part gagner et que les équipes devant eux perdent (Racing 92, UBB et Pau).Gagner, c'est d'ailleurs ce qu'ils font depuis deux ans quand arrive le match contre Toulon, délocalisé au stade Vélodrôme de Marseille (24-34 en 2015 et 10-12 en 2016). Sauf que les deux dernières fois, Toulouse était cinq places plus haut que celle occupée aujourd'hui avant d'aborder la rencontre. Autre handicap notable, l'absence de l'ailier Yoann Huget, mis au repos, du deuxième ligne Richie Gray, blessé et du demi d'ouverture Jean-Marc Doussain (opéré de la face après le coup reçu en Coupe d'Europe contre le Munster).Ce match est peut-être l'occasion pour Toulouse de mettre de côté la manière et de gagner, même sans (bien) jouer. Car les coéquipiers de Thierry Dusautoir forment l'équipe la plus dominatrice du championnat devant La Rochelle et Toulon (en temps et pourcentage de possession et d'occupation du terrain) mais ne forment que la 12e attaque (devant le Racing 92 et Bayonne) et l'avant-dernière en terme de réussite au pied (71%, Pau est premier avec 83%).Le constat est tardif et les maux plus profonds mais en attendant de pouvoir les soigner, les Toulousains pourront penser à leurs cousins du foot et se dire que c'est sûrement au pied du mur qu'on le voit le mieux.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages