Rugby - Top 14 - AB - Antoine Battut (Bayonne) : « Un challenge de haut niveau à relever »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Antoine Battut, l'entraîneur en charge de la touche de Bayonne, évoque la tâche difficile qui se présente avec la venue du Racing 92 (samedi 17h15). « Dans quel état d'esprit avez-vous repris l'entraînement, après la semaine de congés qui a suivi la victoire bonifiée contre Agen (48-20) ?
On a repris vendredi dernier (19 mars) par une journée de décrassage. Et après, on a attaqué une semaine classique avec de l'entrain au travail et un peu de bonne humeur, puisque c'était notre premier bonus offensif de la saison. lire aussi Calendrier/Résultat du Top 14 lire aussi Classement Symboliquement, le fait d'avoir quitté cette 13e place, a-t-il apporté quelque chose ?
On a ressenti une certaine forme de soulagement, oui. Mais, nous ne sommes pas dupes non plus, nous savons que l'équilibre est fragile. Il faut continuer à performer, et, surtout, ne pas se satisfaire de cela, parce qu'on sait que tout va très vite et qu'on peut aussi s'y retrouver si on enchaîne de mauvais résultats. Avez-vous établi des projections comptables sur le nombre de points à viser lors des 7 prochaines journées ?
Très honnêtement, non. L'immédiateté du match du week-end se suffit tellement qu'il est délicat de se projeter au-delà. Il y a tant de scénarios différents d'un week-end à l'autre. Et pas que pour nous, pour les autres équipes aussi. Donc, ça reste quand même assez difficile de se projeter dans l'avenir. « Cette équipe du Racing va arriver très préparée dans l'optique de son huitième de finale de Coupe d'Europe » Quelles sont les ambitions de l'Aviron avant ce match face à une grosse équipe du Racing 92 ?
Oui ce sera une grosse équipe, à part l'absence de quelques internationaux (4 Français et 1 Écossais) mais, dans ce genre d'équipe, je crois que la profondeur d'effectif fait le job. Pour y avoir été (il a porté les couleurs du club francilien de 2010 à 2014), je pense que cette équipe du Racing va arriver très préparée dans l'optique de son huitième de finale de Coupe d'Europe (Racing - Edimbourg le dimanche 4 avril). C'est le galop d'essai, mais, ce n'est pas non plus le genre de l'équipe de se projeter trop vite justement. Ils savent qu'une bonne prestation en Coupe d'Europe, ça passe par une très bonne prestation en Championnat d'abord. Donc évidemment, c'est un challenge de très haut niveau à relever.

Derrière Toulouse (7 victoires en déplacement), le Racing est l'équipe qui voyage le mieux (6 succès)...
Ils ne se posent pas la question du domicile/extérieur. Et stratégiquement, ils abordent souvent les matches de façon précise. À l'extérieur, souvent, ça paye... En déplacement, on s'expose un peu moins et l'aspect stratégique prend une part importante, plus importante que le match à domicile, où on souhaite produire pour se mettre une certaine confiance, dans un certain élan. Encore une fois, pour y avoir été, ce genre d'équipe, avec un paquet d'avants difficilement manoeuvrable, une bonne occupation du terrain, le match à l'extérieur, c'est quelque chose qui leur va bien. »