Rugby - Top 14 - Apparition de Max Guazzini à Jean Bouin : qui a le droit d'aller au stade pendant les huis clos ?

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Alors que les rencontres sportives se déroulent toutes à huis clos pendant cette période de confinement, la présence de Max Guazzini au stade Jean-Bouin ce dimanche devant Stade Français-La Rochelle a été largement commentée sur les réseaux sociaux. Que dit le règlement de la LNR concernant les personnes habilitées à assister aux matches ? Depuis dimanche soir, la présence de Max Guazzini dans les tribunes du stade Jean-Bouin, pour assister à la victoire bonifiée du Stade Français face au leader rochelais (35-13), est largement commentée sur les réseaux sociaux. À un internaute qui s'étonnait de le voir assister à plusieurs rencontres depuis l'annonce d'un nouveau confinement par le président de la République il y a trois semaines, Guazzini a répondu par un tweet cinglant : « Parce qu'il a créé ce club au niveau professionnel, cinq fois champion de France sous sa présidence et parce qu'il a fait construire ce magnifique stade de rugby après des années de lutte et parce que tel est son bon plaisir. »

Une sortie qui a nourri beaucoup de réactions. Guazzini, patron du club parisien de 1992 à 2011, a-t-il le droit d'assister aux rencontres de son club fétiche ? La réponse est oui. À l'annonce du huis clos généralisé pour les rencontres sportives, la Ligue nationale de rugby a transmis un document aux clubs professionnels pour leur préciser qui pouvait se présenter au stade les jours de match. Ce document, que nous nous sommes procuré, autorise la présence de douze catégories de personnes, dont les dirigeants des équipes porteurs d'une accréditation, avec une limitation à vingt dirigeants par club. Le règlement de la LNR sur les rencontres à huis clos « Lors d'un match à huis clos, sont seuls admis dans l'enceinte du stade :
- Les autorités publiques,
- Les arbitres et tout autre officiel de match désignés par la FFR et la LNR sur la rencontre concernée,
- Les officiels représentant la FFR et la LNR,
- Les équipes, intégrant un effectif maximum total de 70 joueurs,
- L'encadrement sportif inscrit sur la feuille de match de la rencontre concernée,
- L'encadrement complémentaire, visé à l'article 389 des Règlements Généraux de la LNR,
- Les dirigeants des deux équipes porteurs d'une accréditation (20 dirigeants au maximum par club),
- Le(s) médecin(s) urgentistes, personnel médical ou paramédical et secouristes exerçant des fonctions en encadrement de la rencontre,
- Les journalistes porteurs de la carte officielle ou d'une accréditation de la saison concernée,
- Le personnel du diffuseur TV (journalistes et techniciens) assurant la retransmission télévisée, dûment accrédité,
- Les ramasseurs de balle encadrés par un seul dirigeant accrédité,
- Les services de la sécurité civile ainsi que le personnel nécessaire à l'organisation et au bon déroulement du match (gestionnaire du stade, entretien de la pelouse, le personnel de sécurité, le personnel de gestion des dispositifs publicitaires, éclairage, etc.).
Le club organisateur doit établir un registre des personnes présentes précisant leur fonction. Ce registre est communiqué à la LNR 24 heures avant la rencontre. » S'il n'a plus de fonction officielle, Max Guazzini est le président d'honneur du Stade Français. Il est donc « dirigeant porteur d'une accréditation. » Le club nous a d'ailleurs confirmé qu'il avait été coché dans la case « dirigeant » du document remis à la Ligue. Avant Guazzini, le président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte, avait lui aussi été aperçu dans les travées de Jean-Bouin lors du Classico, Stade Français-Stade Toulousain (48-14), il y a quinze jours, soulevant quelques questions. Son statut « d'officiel représentant la FFR » lui octroie également le droit d'être présent aux matches, tant que son nom est inscrit sur le registre présenté à la LNR la veille de la rencontre.