Rugby - Top 14 - ASM - Tavite Veredamu (Clermont) : « Un peu stressant »

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'international français de rugby à 7 Tavite Veredamu vient de s'engager comme joker médical à Clermont jusqu'à fin novembre. Il aborde cette nouvelle expérience avec appétit et un peu d'appréhension. « Quand êtes-vous arrivé à Clermont ?
J'y suis depuis hier (lundi). Je me suis entraîné ce mardi après-midi, j'ai fait la séance de musculation avec les autres joueurs. Je me suis présenté devant tout le monde ce matin, c'était un peu stressant, il y avait plein de nouvelles têtes. Après, j'étais un peu soulagé. lire aussi Le septiste Tavite Veredamu à Clermont jusqu'à fin novembre Vous avez tout de suite été intéressé par la proposition de l'ASM ?
Le manager de l'équipe de France à 7 (Christophe Reigt) m'a demandé si je voulais jouer quelques mois à quinze, sachant qu'à 7, on ne pouvait pas jouer cette année (World Rugby a annoncé l'arrêt de la saison). Je lui ai répondu que je voulais tenter cette belle expérience. Ce sera à Clermont, dans un grand club, il y a du challenge, de bons joueurs. C'est un peu stressant. Il y a des paliers à franchir. Je vais essayer de montrer mes qualités. C'est votre objectif ?
Oui. J'ai signé pour quatre mois, jusqu'au retour de Peceli Yato (blessé). Lui, il est trop fort. Je vais bien m'entraîner, faire tout ce qu'il faut. « Ce n'est pas pareil de jouer en Fédérale 1 ou en Top 14 » Depuis quand n'avez-vous plus joué à quinze ?
Je suis engagé avec l'équipe de France à 7 depuis 2017, donc ça fait trois ans. C'est un peu lointain. Quelles qualités de joueur à 7 peuvent vous servir à quinze ?
Ce sont mes capacités à attaquer, à jouer dans l'intervalle. Je vais apprendre comment joue Clermont petit à petit. Je vais évoluer troisième-ligne, le poste que j'occupais avant de passer à 7 (à Nîmes et en l'équipe de France militaire). Mais ce n'est pas pareil de jouer en Fédérale 1 ou en Top 14. Le niveau n'est pas le même. Je vais essayer de m'adapter. lire aussi Tavite Veredamu, le phénomène de l'équipe de France de rugby à 7 Vous voyez-vous revenir à quinze à long terme avant la fin de votre carrière ?
Mon but, c'est d'abord de participer aux JO. Je les visais cette année, ça a été décalé à l'année prochaine. Je reviendrai à 7 pour aller à Tokyo. Après ? C'est une bonne question. Je vais réfléchir. Physiquement, comment vous sentez-vous ?
J'ai continué de m'entraîner pendant le confinement, avec le programme que le 7 nous a donné. J'ai couru, fait de la muscu, j'ai essayé de garder le rythme. Je ne suis pas encore au top. Fin juin, je suis revenu à Marcoussis pour un stage d'une semaine. Ça faisait du bien de sortir de ce confinement. Je travaille à mon rythme. Avant le début du Top 14 (début septembre), je vais avoir un peu de temps pour me préparer. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi