Rugby - Top 14 - Bayonne - Jean Monribot (Bayonne) : «J'ai pris soin de moi»

L'Equipe.fr
Jean Monribot, le capitaine de Bayonne, reprend la compétition samedi (18h30) contre l'UBB, après trois mois d'arrêt consécutifs à une commotion cérébrale, le 23 décembre contre La Rochelle.

Jean Monribot, le capitaine de Bayonne, reprend la compétition samedi (18h30) contre l'UBB, après trois mois d'arrêt consécutifs à une commotion cérébrale, le 23 décembre contre La Rochelle.«Le corps médical vous a autorisé à reprendre la compétition après trois mois. On s’est posé beaucoup de questions sur votre état de santé… On parle beaucoup, actuellement, de commotions cérébrales et de la santé des joueurs. Nous, les joueurs, nous sommes exposés à beaucoup de coups violents. En fin d’année 2016, durant une semaine, j’ai eu des mots de tête. Je m’investis énormément sur le terrain et avant, je me souciais peu de mon état de santé. J’ai préféré, cette fois, prendre l’avis d’un spécialiste et faire, en gros, une petite révision générale. Je suis monté sur Paris voir le Docteur (Jean-François) Chermann, un neurologue de référence. On est convenus que dans ma carrière, je n’avais jamais eu de repos. Je suis à 220 matches en tant que professionnel et c’est vrai que, peut-être, prendre un peu de repos par précaution était bien pour moi. Il y a une vie après le rugby et je n’ai pas envie de faire n’importe quoi. Je ne sais pas si c’est dû ou pas à des commotions, mais je voulais prendre ce temps pour moi. Plus par précaution. Et avec le neurologue on en est convenus de ça. J’ai pris soin de moi, c’est peut-être un peu égoïste, mais je fais attention à ma santé. Et aujourd’hui, vous êtes comment ? Vous allez le voir ce week-end (il rit). Je suis en pleine forme et il me tarde. J’ai rongé mon frein. Mais c’est vrai que c’est difficile de travailler individuellement. Aussi, le fait de retrouver le terrain avec les copains, m’a apporté énormément de joie, de plaisir. J’ai faim, j’ai envie de reprendre. Il me manque le pré quoi !Vous avez retrouvé, en début de semaine, un groupe qui peut imaginer se sauver en raison de la fusion des clubs parisiens, mais qui a été traumatisé par le voyage à Toulon (défaite 82-14)… Oui, mais j’essaie d’apporter de la joie à ce groupe, le plaisir de les retrouver, cette soif que j’ai de gagner. Je suis un compétiteur, je ne me nourris que de ça, de victoires, je pense que je suis heureux et le fait que mes copains me voient comme ça, ça va relancer un peu le groupe. Mais en tout cas, je sens tout le monde concerné et c’est vrai qu’on a retrouvé un peu de sourires, même s’il y a eu une défaite impardonnable à Toulon. Après Toulon on a parlé d’impuissance et de déficit de niveau…Dans ces moments-là, l’aspect psychologique joue un rôle très important. La qualité des joueurs existe, on l’a prouvé en début de saison sur certains matches, quand on a enchainé les victoires sur Toulouse et Clermont, ici. Mais après, c’est dans la tête. Si on croit en nous, on peut réaliser de beaux exploits. Parce ce groupe est sain et avec tout ce qui se passe autour, il aurait pu exploser. Mais non, on est restés solidaires, on s’est serré les coudes et c’est pour cela que je continue, moi, à y croire, à espérer et j’espère que cela va se ressentir ce week-end. Mais il faut tous qu’on soit dans cet état d’esprit-là.Calendrier/RésultatsClassementIl y a des cas, comme le vôtre, de joueurs déjà engagés ailleurs (il est annoncé à Toulon) qui pourraient se laisser démobiliser. Il faut remettre tout le monde dans le même bateau. Là aussi, c’est psychologique…Oui, mais on a un contrat et on va jusqu’au bout. En tout cas, on en discute ouvertement de tout ça, de l’avenir d’untel ou d’untel. Mais je pense que tout le monde est focalisé sur cette fin de saison. En tout cas, on se battra jusqu’au bout et le souhait le plus cher, c’est de maintenir l’Aviron en Top 14. Ça devient une priorité absolue. Contre l’UBB, qui peut encore espérer une place pour la prochaine Coupe d’Europe, à quel type de match vous attendez-vous ? On est obligés de gagner pour croire en ce maintien, et eux, de gagner pour se remettre à y croire afin d’être dans les six. Donc ce sera un match sous tension.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages