Rugby - Top 14 - Bayonne s'offre Montpellier en Top 14

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

En infériorité numérique pendant trente minutes, les Bayonnais sont parvenus à battre Montpellier (29-20) et remontent à la huitième place au classement du Top 14 après neuf journées. Le match : 29-20 Entre deux clubs de milieu de tableau, ce match ne donna pas lieu à des débats vraiment passionnants, si ce n'est un peu de suspense dans les dix dernières minutes quand Bayonne, indiscipliné, offrit des opportunités à son adversaire qui n'en demandait pas tant. Avec ce succès, les Bayonnais équilibrent leur bilan comptable (quatre victoire, quatre défaites), et c'est bien tout ce qui leur importait, samedi soir dans un stade Jean-Dauger déserté pour cause de Covid-19. Ancien prétendant au titre, le MHR coule tout doucement, cette saison, et cela ne semble pas préoccuper outre mesure ses joueurs qui ont livré une prestation presque déconnectée de la réalité, si l'on excepte la fin de match. En maillot ocre, ils n'ont en rien ressemblé à une équipe, seulement un agrégat qui a servi de sparring-partner aux Bayonnais, eux concentrés, concernés et plus agressifs que leur adversaire du soir. lire aussi Le film de Bayonne-Montpellier Il fallut une interception de l'ailier néo-zélandais Joe Ravouvou captant plein champ une passe téléphonée pour que l'Aviron Bayonnais passe en tête (12e, 10-3) et y demeure. Certes, les Montpelliérains peuvent regretter un essai refusé (37e) mais, quand ils se retrouvèrent en supériorité numérique (carton jaune contre Lestrade, 37e, pour en-avant volontaire), jamais ils ne surent profiter de cet avantage. Virant en tête à la pause (13-6), les Basques inscrivirent un deuxième essai par Aymeric Luc (51e) sur une passe au pied limpide de Yan Lestrade, scellant ainsi leur victoire. Car jamais Montpellier, même en supériorité numérique et s'il planta d'autorité deux essais (66e et 74e), ne se donna franchement pas, avant cela, les moyens de renverser le cours d'une partie assez peu spectaculaire, disputée sur un petit rythme. 100 Le pourcentage de réussite au pied de l'arrière bayonnais Gaétan Germain (7/7) soit cinq buts de pénalité et deux transformations. Le fait : trop d'indiscipline côté basque Sanctionnés d'un carton jaune (37e, Yan Lestrade) pour antijeu, les Bayonnais n'ont encaissé ensuite qu'un but de pénalité tandis que leur arrière Gaétan Germain inscrivait de son côté deux buts. Mais en seconde période, l'Aviron Bayonnais, décidemment très indiscipliné sur ce match, se retrouva par deux fois encore en infériorité numérique : à la 65e (Van Jaarsveld) pour une faute au sol, puis à la 75e (Mikautadze) pour maul écroulé. Cette fois-ci, les Héraultais marquèrent immédiatement deux essais. Le premier par leur capitaine, le flanker international Fulgence Ouedraogo (66e) tandis que l'autre fut accordé par l'arbitre, M. Cardona, sous les poteaux basques. Au final, l'Aviron passa de + 20 à + 9 en un quart d'heure. Ca aurait pu être pire...