Rugby - Top 14 - BO - Rebondissement dans le projet de rénovation d'Aguilera à Biarritz

·2 min de lecture

La maire de Biarritz, Maider Arosteguy, a dévoilé ce mardi le projet de construction d'un centre de formation et de performance multisports sur le site de l'hippodrome du Polo, et non à Aguilera, où les dirigeants du BO souhaitent l'installer. Le projet de rénovation d'Aguilera vient de prendre un coup. En fin d'année dernière, les relations entre les dirigeants de la SASP du BO et la mairie de Biarritz semblaient pourtant s'être réchauffées après des mois de conflits. Et les supporters de l'actuelle lanterne rouge de Top 14 pouvaient espérer assister à moyen terme au ravalement de leur enceinte fétiche. Un accord de principe entre les deux parties autour d'un financement de 30 millions d'euros (la moitié pour l'actionnaire du club, l'autre pour les collectivités) pour un projet comprenant notamment la rénovation du stade et la création d'un centre d'entraînement et de formation s'était même dessiné. Des études devaient être lancées dès ce mois de janvier. Depuis, les positions s'étaient éloignées. Elles semblent désormais l'être plus que jamais. lire aussi Biarritz, un club sous tension Ce mardi, lors d'une conférence de presse, Maider Arosteguy a annoncé un projet de construction d'un centre de formation et de performance multisports sur le site de site de l'hippodrome du Polo, à plus de 2 km d'Aguilera, où les dirigeants du BO comptaient l'installer. « Il s'agit d'un aménagement urbain dans le cadre d'une politique sportive globale, a-t-elle expliqué. Il sera configuré pour accueillir des stages de préparation d'équipes professionnelles, sélections régionales ou nationales. Il sera le cadre naturel du centre de formation du BOPB. » Maider Arosteguy « Si le projet ne plaît pas, chacun prendra la décision qui lui paraît la meilleure » La création d'un centre de formation du BO à Aguilera est de fait abandonné. « Il est remplacé par quelque chose de plus ambitieux qui n'est pas juste un centre de formation, nous ouvrons à tous les sports », a affirmé Maider Arosteguy. L'édile affirme que l'accord de principe qui avait été trouvé avec les dirigeants du BO ne précisait pas que la création du centre de formation devait se faire à Aguilera. « Conformément à mes engagements, une enveloppe globale de 15ME sera répartie ainsi : 8ME pour le centre de performance et de formation sur le site du Polo et 7ME qui pourront être injectés dans les travaux de rénovation du stade », détaille-t-elle. Dans ce contexte et avec une participation moindre que ce qu'il comptait de la part de la municipalité pour la rénovation du stade, l'actionnaire du BO pourra-t-il poursuivre son projet à Aguilera ? « Ce sera à eux de donner leur réponse, moi je fais une proposition [...] Si le projet ne plaît pas, chacun prendra la décision qui lui paraît la meilleure », a estimé l'élue. Le président de la SASP du BO, Jean-Baptiste Aldigé, s'est, lui, fendu d'un tweet où il exprime sa colère contre la décision de la mairie.

« Les décisions que nous prenons en matière sportive n'ont pas pour boussole le courroux des uns et l'enthousiasme des autres », a répliqué Arosteguy. Autre interrogation : qui aura la main sur ce futur centre de formation ? Les dirigeants de l'association amateur du BO (dont David Couzinet est le président) ou ceux de la SASP (dirigée par Jean-Baptiste Aldigé) ? Consciente que ces deux camps sont en froid, Maider Arosteguy a botté en touche : « La gestion du centre de formation appartient à l'amateur et au pro au niveau du rugby, pas à la municipalité. À eux d'établir une relation qualitative. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles