Rugby - Top 14 - Brive s'impose face au Racing 92 et met fin à quatre défaites de suite

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Brive a mis fin à quatre défaites de suite en battant le Racing 92, ce samedi en Top 14 (12-10). Le CAB s'est appuyé sur une grosse défense et le pied d'Enzo Hervé. Le match : défense et patience brivistes Brive, 10e, recevait le Racing 92 pour mettre fin à une série de quatre défaites. Après un début de match enthousiasmant, marqué par les intentions de jeu et d'attaque du CAB, le rythme est vite retombé à Amédée-Domenech. Mais dans le sillage d'une grosse défense, Brive a fait la course en tête tout le match, Joris Jurand empêchant Bernard Le Roux d'aplatir dans l'en-but sur la seule occasion du Racing dans le premier acte (34e). C'est Enzo Hervé qui a alimenté le score en faveur des locaux, avec un parfait quatre sur quatre (12-0), profitant des fautes franciliennes. Le score à la pause, dans une première mi-temps engagée, avec un carton jaune de chaque côté. lire aussi Le film du match Au retour des vestiaires, rebelotte ou presque : privés de leur maître à jouer Le Garrec, le Racing a eu du mal à se dépêtrer de la pression corrézienne. Malgré du mieux dans le jeu la partie avançant, et un essai final d'Hemery (80e) côté Racing, c'est bien Brive qui a maîtrisé son sujet, jusqu'au bout. Pas forcément de belle manière, mais suffisant pour faire le bonheur des Cabistes.
lire aussi Le classement du Top 14 Zéro points pendant une heure de jeu. Il aura fallu attendre la 62e minute pour voir les premiers points du Racing, par l'intermédiaire du pied d'Antoine Gibert, sur sa première tentative. Pendant plus d'une heure, les Racingmen n'ont même quasiment pas eu l'occasion de marquer, bien pris par la défense corrézienne. lire aussi Le calendrier et les résultats du Top 14 Le fait du match : la sortie de Nolann Le Garrec Rien ne dit que le Racing aurait renversé la situation avec son jeune demi de mêlée sorti à la 41, un bras en écharpe. Mais menés de douze points à la mi-temps, les Franciliens auraient bien eu besoin des inspirations de Nolann Le Garrec. Et les trois-quarts franciliens ont souvent évolué sans vitesse face à des montées agressives. Une vitesse qui aurait pu être amenée par les passes de Le Garrec.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles