Rugby - Top 14 - CO - Pierre-Yves Revol (président de Castres) prône l'apaisement

L'Equipe.fr
Favorable au report de la rencontre qui devait opposer samedi Castres, le club qu'il préside, au Stade Français, Pierre-Yves Revol en profite pour lancer un appel au calme.

Favorable au report de la rencontre qui devait opposer samedi Castres, le club qu'il préside, au Stade Français, Pierre-Yves Revol en profite pour lancer un appel au calme. Pierre-Yves Revol (président de Castres) : «Je crois que les dirigeants du Stade Français et du Racing n’ont pas mesuré l’ampleur de l’émotion qu’allait susciter cette fusion. Je ne veux pas utiliser le malheur des autres pour glorifier ce qui se passe chez nous mais, ici à Castres, Christophe Urios entraîne et les joueurs jouent. Cette décision de la LNR (de reporter le match face au Stade Français) ne nous gêne pas. Le club préfère affronter le Stade Français plutôt que de gagner la rencontre sur tapis vert, ce qui n’aurait été ni confortable, ni glorieux. Il faut respecter la décision de l’institution. Et puis je crois que ce n’est pas le moment d’ajouter de la confusion à la confusion. Je ne polémiquerai donc pas à ce sujet à un moment où il y a besoin de retrouver dans le rugby cette notion de respect qui est trop souvent bafouée. Au-delà de ce projet de fusion, c’est vrai qu’il y a un climat qui n’est pas très sain dans le rugby actuellement. Du côté de la LNR et de la FFR, on doit renouer avec le bon sens, arrêter les querelles d’ego et penser à l’intérêt général. C’est sûr qu’il peut y avoir un problème quant à la date du report car les Parisiens sont qualifiés pour les quarts de finale du Challenge Européen. S’ils vont en demi-finale, il n’y aura aucune date de libre. Cela pourrait nous obliger à jouer en semaine, entre le déplacement à Toulon (week-end du 15 avril) et la réception du Stade Toulousain (29 avril), ce qui compliquerait les choses.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages