Rugby - Top 14 - Duels d'internationaux à tous les étages lors de Racing 92 - Toulon

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Les deux clubs qui enverront le plus d'internationaux à Marcoussis à partir du lundi 25 janvier s'affrontent ce dimanche soir à l'Arena (21 heures). Le Racing 92 alignera six appelés chez les Bleus, et Toulon cinq. Présentation.

Sept internationaux de chaque côté. Hassane Kolingar, Camille Chat, Georges-Henri Colombe, Bernard Le Roux, Virimi Vakatawa, Teddy Thomas et Donovan Taofifenua côté Racing 92, Jean-Baptiste Gros, Romain Taofifenua, Swan Rebbadj, Charles Ollivon, Baptiste Serin, Louis Carbonel et Gabin Villière côté Toulon. Tous seront sur la feuille de match ce dimanche soir lors de l'affrontement entre les deux équipes, dans le cadre de la cinquième journée en retard. Cinq sont titulaires chez les Franciliens, six chez les Varois.

Duel en première ligne, chez les titulaires et les remplaçants
Plus qu'un duel d'homme à homme, c'est presque l'ensemble de joueurs des deux premières lignes, titulaires et remplaçants compris, qui seront scrutées dimanche soir à l'Arena. Si le talonneur Camille Chat va démarrer le match, les deux piliers appelés en Bleus, le gaucher Hassane Kolingar et le droitier Georges-Henri Colombe seront appelés à entrer en deuxième période. Ils croiseront sûrement le Toulonnais Jean-Baptiste Gros, titulaire à gauche et accompagné de deux autres joueurs appelés ces dernières semaines ou derniers mois chez les Bleus (le talonneur Anthony Etrillard et le droitier Emerick Setiano). Présent lors du rassemblement de la deuxième vague « Convention LNR-FFR » cet automne, le droitier Ali Oz est titulaire.

« Je sais qu'on aura des bons joueurs en face de nous, c'est l'occasion de se tester mais ce n'est pas un match dans le match. Je ne le vois pas comme ça, temporise Setiano, qui retrouve une très jolie forme depuis quelques matches. Mais c'est le Racing a, je crois, la meilleure mêlée du Top 14. Ils ne perdent pas beaucoup d'introductions et ils en gagnent pas mal. »

Duel d'ouvreurs, avec un air de France - Écosse
Il y aura un air de France - Écosse (prévu le 28 février au Stade de France dans le Tournoi des Six Nations) au moment d'observer Finn Russell face à Louis Carbonel. Avec l'absence probable de Romain Ntamack lors du mois de février (il est forfait certain pour la première face à l'Italie), le Toulonnais Louis Carbonel espère pouvoir grappiller du temps de jeu avec les Bleus. Son duel face à Russell, revenu en grâce avec sa sélection à l'automne dernier avant de se blesser, est l'occasion de voir un beau duel d'attaquants.

Le Varois, champion du monde U20 à deux reprises en 2018 et 2019, admire par ailleurs énormément son adversaire écossais. « C'est un très beau joueur, il adore attaquer la ligne, il a un style fantasque. Il est unique dans son genre, c'est pour cela qu'on l'aime, confie Carbonel. Si on arrive à lui mettre de la pression, comme à toute l'équipe du Racing, j'espère qu'on aura plus de ballons à jouer et eux moins. Si on les laisse jouer, ça peut faire très mal à la fin. »

Duel d'ailiers, entre la dernière surprise et la révélation de l'automne
Ils porteront tous les deux le numéro 11 ce dimanche soir. Le Ciel et Blanc Donovan Taofifenua est la dernière surprise des Bleus, alors que le Rouge et Noir Gabin Villière a été la révélation de la Coupe d'automne des nations. Si l'on ajoute Teddy Thomas, trois des quatre ailiers retenus par Fabien Galthié seront sur la pelouse (le quatrième, Damian Penaud, était titulaire avec Clermont samedi sur la pelouse de l'UBB).

Taofifenua - Villière, c'est avant tout une opposition de styles. Le Racingman est un vrai chasseur d'essais, un finisseur, bon sous les ballons hauts et très rapide dans le un-contre-un dans son couloir. Le Toulonnais, en revanche, est bien plus actif autour des rucks, en mode combat, en attaque comme en défense, où ses mains et son sens du grattage font des merveilles. Gabin Villière passera un vrai test face à Teddy Thomas, son vis-à-vis direct, lors de cette rencontre

lire aussi
Le classement du Top 14