Rugby - Top 14 - Fusion - Thomas Savare, président du Stade Français : «Pas de décision actée, mais un projet présenté»

L'Equipe.fr
En marge de la réunion au sujet du projet de fusion Stade Français/Racing 92, ce vendredi, le président du Stade Français Thomas Savare a tenté de rassurer sur le bien-fondé de cette démarche.

En marge de la réunion au sujet du projet de fusion Stade Français/Racing 92, ce vendredi, le président du Stade Français Thomas Savare a tenté de rassurer sur le bien-fondé de cette démarche.«Dans quel état d'esprit quittez-vous de cette réunion ?Ce que je retiens, c'est qu'aujourd'hui, le dialogue est renoué. Maintenant, j'espère qu'on va pouvoir passer à une autre étape, qui est l'explication plus en détail du projet avec chacune des parties prenantes. Mon objectif, c'est de faire adhérer le maximum de personnes à cette fusion.Le projet de fusion n'est pas remis en cause ?Il n'est pas remis en cause, non. Lundi, on a exposé un projet, qui n'est pas abouti, une idée, à nous maintenant de l'expliquer dans les détails et de le construire avec les différentes parties prenantes. On va travailler d'arrache-pied pour essayer de convaincre que ce projet a du sens, et faire en sorte qu'un maximum de personnes voudra s'associer à ce projet pour construire un grand club.Avez-vous été surpris par la réaction des joueurs et des supporters ?Surpris, ce n'est pas le mot. Je mesure le choc, la surprise, car l'idée est quand même assez originale, iconoclaste, je le sais. Elle vient heurter un certain nombre de sensibilités. A partir du moment où on est dans l'émotion, je m'attendais effectivement à des réactions vives, et à avoir un travail important à mener de conviction et d'explication.Comment vivez-vous les attaques à votre encontre depuis lundi ? Je vais paraphraser Clémenceau, peut-être pas avec les mots exacts mais le sens est là : «Si vous n'avez pas d'ennemi le jour de votre mort, c'est que vous n'avez rien fait de votre vie.» Je suis en train de faire quelque chose qui, je crois, a du sens.Que comptez-vous faire pour convaincre joueurs, supporters, ou encore la Fédération ? Je vais essayer de rassurer, notamment sur le respect des identités des deux clubs, et d'associer les parties prenantes à la construction de ce nouveau club. S'il y a une hostilité de la Fédération, c'est à nous d'expliquer notre projet et de les convaincre. J'espère qu'on n'aura pas à passer en force, parce que c'est un projet d'union. Il y a un certain nombre de débats et de querelles qui nous dépassent donc je ne veux pas non plus qu'on soit pris en otage avec des sujets qui ne nous concernent pas. Aujourd'hui, il n'y a pas de décision actée mais un projet qui est présenté, et une farouche détermination de la part des deux présidents d'implémenter ce projet. Parce qu'ils pensent tous les deux que c'est un très beau projet pour les deux clubs. Voilà la situation.L'option de la cession du Stade Français à un repreneur est totalement exclue ? Je vais me répéter, je n'ai pas rencontré de repreneur crédible lors des six dernières années, donc je n'ai pas refusé d'offre crédible. Je suis farouchement concentré sur cette fusion, je pense que c'est le bon projet. Le sujet, aujourd'hui, n'est pas de trouver une deuxième canne pour remplacer la canne Savare. C'est de parvenir à construire un club qui marche tout seul, sur ses deux jambes.Que répondez-vous à ceux qui craignent que cette fusion fausse la fin du Championnat ?On est dans un timing très serré pour espérer que la fusion puisse être effective dès la saison prochaine, donc on n'aurait pas pu faire ça plus tard. Est-ce que ça fausse le Championnat ? Dans une certaine mesure oui, mais comme tous les éléments extérieurs peuvent fausser le Championnat. Pour la relégation, personne ne va en souffrir, puisque si on arrive à faire cette fusion, un club de plus se maintiendra. Personne ne pourra se plaindre.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages