Rugby - Top 14 - MHR - Johan Goosen (Montpellier) : « J'ai pris des mauvaises décisions »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

À Montpellier depuis trois saisons, le Sud-Africain reconnaît aujourd'hui que son départ du Racing en 2016 et les seize mois de pause qui ont suivi étaient une erreur.

Johan Goosen aurait dû jouer ce samedi face au Stade Français le 30e match de son aventure montpelliéraine. C'est évidemment peu, en trois saisons marquées par d'innombrables blessures, la plus délicate étant survenue le 7 octobre 2018 face à Toulon. « J'avais plutôt bien commencé avec Vern (Cotter), concède-t-il. J'ai pu enchaîner les matches et prendre du plaisir sur le terrain. Jusqu'à ce que je me blesse à la cheville. Depuis ce moment-là, j'ai multiplié les pépins (entorse du genou, fracture de fatigue au pied). Ce n'est pas cool, mais c'est le rugby. Maintenant, j'espère que tout ça est derrière moi et que je vais pouvoir enfin relancer ma carrière ici. »

lire aussi
Camara : « Voir ce que l'on vaut »

Une carrière en Hérault dont le terme devrait malheureusement se situer autour du 30 juin prochain puisqu'il semble peu probable, dans les conditions actuelles, que le Sud-Africain de 28 ans soit invité à prolonger l'expérience.

« Je vais être honnête, indique-t-il, le MHR n'est pas encore entré en contact avec moi. Je dois penser à mon avenir, à mes enfants et ma femme. Rien n'est encore certain pour un retour en Afrique du Sud ou ailleurs. Pour l'instant, je profite de ma vie ici et si je peux rester, je resterai. J'ai lu mon éventuel transfert dans les médias, aux Bulls ou aux Cheetahs, mais absolument rien n'est finalisé. Je n'ai pas d'autres réponses à vous donner. Juste que je suis heureux ici et qu'il me reste encore sept à huit mois de contrat. »

« J'ai pris des décisions, des mauvaises décisions »
Le meilleur joueur de la saison 2015-2016 n'a jusqu'à présent pas laissé une trace indélébile en Hérault. Il n'en a jamais vraiment eu l'occasion. Ses vingt-neuf matches soulignent sa vulnérabilité plus que son immense talent, distillé dans les rangs du Racing entre 2014 et 2017, et l'on se demande alors si tous les efforts consentis pour le sortir de sa rocambolesque préretraite étaient vraiment judicieux.

Pour rappel, son arrivée à Montpellier avait été qualifiée « d'immorale » par la plupart des suiveurs du Top 14 après qu'il eut soudainement quitté la France pour l'Afrique du Sud le 31 décembre 2016, alors qu'il venait de prolonger son engagement avec le Racing de quatre saisons. Rompant ainsi un contrat de 400 000 euros par an pour un CDI à 4 000 euros par mois pour, soi-disant, devenir vendeur de selles de chevaux à Murraysburg.

lire aussi
Top 14 : Calendrier/Résultatsµ

Les Springboks, « toujours un rêve »
En s'acquittant d'une somme de 1,5 million d'euros pour le rachat de son contrat au Racing, le MHR avait fait le pari de lui redonner goût au rugby. Le pari n'est qu'à moitié réussi. « J'ai arrêté seize mois, et je ne pense pas que cette pause était une bonne décision dans ma carrière, révèle-t-il aujourd'hui. Je travaille vraiment dur pour revenir au niveau qui était le mien. Maintenant, c'est du passé. J'ai pris des décisions, des mauvaises décisions. Ça arrive à tout le monde. Je ne peux pas le changer. Je dois aller de l'avant, travailler vraiment dur et me concentrer sur le rugby pour revenir au top avec mon club. Et j'y arriverai ! »

Au point d'envisager un rebond, pourquoi pas un retour chez les Springboks ? « Tous les Sud-Africains veulent jouer pour les Springboks, répond-il. C'est toujours un rêve, un objectif pour moi. C'est pour ça que je dois m'illustrer avec Montpellier. Personne ne sait ce qui nous attend. Tous les matins je me réveille pour travailler dur, me motiver pour progresser et pourquoi pas... »

lire aussi
Classement du Top 14