Rugby - Top 14 - MHR - Le Sud-Africain Handré Pollard (Montpellier) serait le rugbyman le mieux payé au monde

L'Equipe.fr
L’Equipe

Selon le média gallois WalesOnline, en signant à Montpellier après la dernière Coupe du monde, l'ouvreur des champions du monde sud-africains est devenu le joueur le mieux rémunéré au monde avec un salaire annuel brut de 1,1 M€. Alors que la pandémie de coronavirus a plongé de nombreuses fédérations et clubs dans des situations financières très compliquées, que ces entités cherchent à réduire leurs charges de manière drastique, y compris en ayant d'ores et déjà acté une baisse des salaires dans leur secteur sportif, en Top 14, cette diminution salariale reste un sujet très sensible et toujours à l'étude. Il est vrai que le selon WalesOnline, on y gagne si bien sa vie que c'est dans notre Championnat qu'évoluerait le joueur le mieux rémunéré au monde. Une affirmation à nuancer en l'absence de données actualisées concernant les stars du Sud exilées au Japon, comme Dan Carter et Matt Giteau (plus de 1,2 M€ la saison dernière), ou Kieran Read et Brodie Retallick, dont le Championnat a été annulé cette saison. Pour le média gallois, le Sud-Africain de Montpellier Handré Pollard percevrait ainsi un salaire annuel brut de 1,1 M€, autant que Charles Piutau, l'arrière et capitaine de Bristol (Angleterre). Dans ce Top 15 des joueurs les mieux payés au monde (12 trois-quarts contre 3 avants seulement), il se confirme bien que c'est en Europe et majoritairement en Angleterre et en France, que l'on recense les plus grosses rémunérations de la planète ovale.

On dénombre ainsi huit joueurs du Premiership, contre quatre du Top 14. L'ouvreur All Black Beauden Barrett (Auckland Blues, 14e, 594 000 €), le flanker australien Michaël Hooper (Waratahs, 9e, 654 000 €) et l'ancien ouvreur irlandais du Racing 92, Jonathan Sexton (Leinster, 12e, 612 000 €) sont les trois seuls hommes à ne pas évoluer en club et à être rémunérés par la fédération et la province qu'ils représentent. Derrière Pollard, les cinq autres hommes qui composent le Top 6 évoluent outre-Manche, soit à Bristol comme Piutau, et Steven Luatua (5e, 743 000 €) ou aux Saracens tel Itoje, l'avant le mieux payé (3e, 1 M€), ou Farrell (4e, 775 000 €) et à Northampton à l'image de Biggar (6e, 686 000 €), l'un des sept ouvreurs figurant dans ce Top 15. Côté français, le demi de mêlée clermontois Morgan Parra (8e, 663 000 €) et les ouvreurs « parisiens » Nicolas Sanchez (Stade Français, 7e, 663 000 €) et Finn Russell (Racing 92, 13e, 611 000 €) figurent également. Contrairement à d'autres gros salaires pourtant présumés du Premiership (les frères Vunipola, Ben Youngs, George Ford) ou du Top 14. Tel le Stadiste Gaël Fickou dont les émoluments annuels l'autoriseraient sans doute à s'inclure dans le Top 5 ! Le Bordelo-Béglais Semi Radradra, le Toulousain Antoine Dupont ou le Toulonnais Eben Etzebeth font également partie des plus hauts salaires en France. Enfin, pour Walesonline, l'arrière écossais d'Exeter Stuart Hogg, et le centre anglais de Leicester Manu Tuilagi (10es, 628 000 € chacun) et le demi de mêlée champion du monde sud-africain Faf De Klerk (Sale, 15e, 571 000 €) complètent ce Top 15.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi