Rugby - Top 14 - « On n'est pas dans le monde des Bisounours », explique Thomas Domingo, l'entraîneur de Pau

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Thomas Domingo, l'entraîneur de la Section Paloise, était particulièrement remonté contre ses joueurs après la défaite des Béarnais contre le Stade Français, samedi lors de la 22e journée du Top 14. Quentin Lespiaucq (capitaine de la Section Paloise) : « Ce n'est pas ce qu'on était venu chercher. En première mi-temps, on prend une leçon de réalisme. Nous, on a deux occasions flagrantes et on ne score pas. Eux, ils ont trois coups, ça fait trois essais. On ne peut s'en vouloir qu'à nous-mêmes. On n'arrive pas à enchaîner (après la victoire contre Bayonne) parce qu'on est indisciplinés, parce qu'on les regarde et qu'on ne se réveille qu'en fin de match, parce qu'on ne marque pas sur nos temps forts. C'est frustrant, on n'a jamais été aussi bas mais je ne vais pas me foutre à chialer. On reste des hommes de devoir. J'espère qu'avec le nouveau manager qui arrive (Sébastien Piquerronies), on va redorer le blason. On ne voyait pas jouer ce championnat du bas de tableau mais on est une équipe jeune et je pense qu'on va apprendre des choses. » lire aussi Le Stade Français l'emporte contre Pau Matthieu Ugena (troisième-ligne de la Section Paloise) : « On n'a pas à rougir sur notre niveau. Contre Bayonne, c'est passé mais c'était le même constat. On avait déjà fait trop de fautes. Cette fois, ça ne passe pas. L'indiscipline nous fait mal. Sur l'état d'esprit, il n'y a rien à redire. Il faut être des morts de faim jusqu'à la fin. Il faut sauver ce club qui mérite de rester en Top 14. » Thomas Domingo (entraîneur de la Section Paloise) : « On voulait au moins récupérer un point. Avec ce contenu, on est loin d'y être. Il y a encore beaucoup de boulot, beaucoup de choses à corriger. On ne peut pas se permettre ce genre de match, ce genre de comportements. Il y a beaucoup d'énervement. La semaine dernière, on fait des fautes, mais on se serre les coudes. Là, on fait des fautes et on se révolte dans les quatre dernières minutes. Certains étaient à 200 %, d'autres à 80 % et ça, on ne peut pas se le permettre. Je n'ai pas pour habitude de gueuler après les joueurs, mais on n'est pas dans le monde des Bisounours. À un moment, il ne faut pas se voiler la face, pointer du doigt l'investissement de certains. En défense, c'était désastreux. Il faut dire les choses avec franchise parce qu'on est dans une situation de crise. » lire aussi Le classement du Top 14 Pierre-Henri Azagoh (deuxième-ligne du Stade Français) : « On est content de la victoire mais très déçu de perdre ce bonus offensif à la fin (à la 85e minute). On a travaillé dur et à la fin on craque. Ça prouve la marge de progression qui reste devant nous. C'est une grosse déception de perdre ce point pour rattraper le wagon des six qualifiés. On n'a que ça à jouer, le club ne mérite pas de rester dans le ventre mou. Si nous on ne croit pas à la qualification, je ne vois pas qui va y croire à notre place. »
Kylan Hamdaoui (arrière du Stade Français) : « Le point de bonus, c'est assez anecdotique. Si on veut se qualifier, il faut qu'on gagne tous les matches. Si on perd le prochain match, ce point de bonus perdu en route, on l'aura oublié. On en avait un peu marre (d'entendre parler du transfert de Fickou), on ne sent pas vraiment respectés. Gaël est un des meilleurs centres français mais on a d'autres joueurs performants. Je pense qu'on a très bon groupe, avec ou sans Gaël. Pour le derby du week-end prochain, on ne sera pas favori. Mais on ira avec nos armes. » lire aussi Renvois sur Tuisova, rien ne va Gonzalo Quesada (manager du Stade Français) : « Je retiens le contenu de ce match, l'état d'esprit, plusieurs moments de très, très beau rugby. Mais forcément, je ne me mens pas : il y a un peu de frustration pour ce point de bonus perdu. On a joué un match en sept semaines, on manquait de rythme, il y a eu des histoires qui n'ont pas aidé la préparation (le transfert de Fickou)... On sait où on va dans ce club. À l'extérieur, on juge, on prend position. Nous, on a vécu certains commentaires moyennement bien. Ce match a servi à envoyer un message sur notre d'état d'esprit à ceux qui avaient émis des doutes. Gaël (Fickou) est un super joueur mais c'est un poste où est bien pourvu avec Danty, Waisea, Delbouis, Arrate... Dès qu'on perdra un match, ce sera presque mort pour la qualification. On va enchaîner jusqu'à la fin dans cette optique. Je n'ai aucun commentaire à faire sur ça (le possible départ de Pablo Matera en fin de saison). Il n'y a pas eu de communiqué officiel de notre club. »