Rugby - Top 14 - Nicolas Sanchez : « Je reste au Stade Français »

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'ouvreur argentin du Stade Français Nicolas Sanchez s'est invité en conférence de presse mardi pour démentir les rumeurs d'un possible départ du Stade Français et évoquer sa saison. Des rumeurs évoquant un départ du Stade Français en fin de saison et un intérêt de Montpellier ont incité Nicolas Sanchez à mettre les choses au clair sur son avenir. Il assure qu'il sera bien à Paris l'an prochain (il est sous contrat jusqu'en juin 2023). L'Argentin en a profité pour faire le point sur sa saison. « Des informations ont laissé entendre que vous pourriez quitter le Stade Français en fin de saison et que Montpellier était intéressé par votre venue. Qu'en est-il ?
La vérité, je n'ai parlé avec personne, c'est une fausse information. Je reste au Stade Français. Il y a un match très important ce week-end. Nous allons essayer de faire un bon match à Brive. Comment avez-vous vécu cette annonce ?
Je ne peux rien faire. Je me prépare, je travaille dur. Ce que disent les gens, je m'en fous. Surtout que rien n'est vrai. Je suis sous contrat jusqu'en 2023. lire aussi Le calendrier du Top 14 Nicolas Sanchez, ouvreur du Stade Français « C'est frustrant. Tu veux jouer, mais le plus important, c'est l'équipe. Je vais essayer de gagner ma place. Mais ce n'est pas facile. Je veux garder la même envie. ça va venir, si travaille fort » Votre saison est compliquée personnellement. Vous avez peu joué... Comment le vivez-vous ?
La saison est particulière pour moi. C'est vrai. Je suis parti avec l'Argentine pour trois mois et quand je suis rentré, j'ai été un peu blessé, j'ai dû faire quatre déchirures. J'ai aussi été suspendu. Pendant ce temps, Jojo (Joris Segonds) a montré un bon niveau. Je suis content pour lui. Je veux jouer aussi. Je vais essayer de gagner ma place. Mais ce n'est pas facile. Je veux garder la même envie. Ça va venir, si je travaille fort. Le week-end dernier, vous étiez remplaçant, mais vous n'êtes pas entré en jeu. Frustrant...
Oui, c'est frustrant. Tu veux jouer, mais le plus important, c'est l'équipe. On a gagné un match capital. Le plus important, ce n'est pas moi, mais l'équipe. Il reste quatre matches, quatre ''finales'', comment se sent l'équipe ?
Il ne faut pas aller trop vite, trop loin. Il y a déjà un gros défi à Brive. Soyons à 100 % focalisés sur cette rencontre. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.