Rugby - Top 14 - Pau - Pau joue son maintien en Top 14 contre Montpellier

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La Section Paloise doit battre Montpellier samedi (21 heures). Et en fonction du résultat de Bayonne, elle saura si sa saison est sauvée ou si elle doit disputer le barrage de maintien. « On a un gros job à faire pour essayer de s'en sortir, on se prépare à jouer ce match et à le gagner. Et après, on verra ce qui se passe... » D'une phrase, Alexandre Dumoulin a résumé l'état d'esprit qui habite les joueurs de la Section Paloise avant la réception de Montpellier samedi soir (21 heures). Pour Pau effectivement, l'ordre des choses, c'est jouer, gagner, attendre et voir... Car l'équipe du Béarn n'est pas maître de son destin et même en cas de victoire bonifiée, elle dépendra du résultat de l'Aviron Bayonnais, qui compte 4 points d'avance avant la réception du Stade Français. lire aussi Les scénarios de le 26e journée dans la lutte pour le maintien en Top 14 « Qu'on joue ce match et qu'on le gagne, clairement, peu importe la manière, et ce qui se passe ailleurs ça reste anecdotique », a poursuivi le centre de la Section lors du point-presse officiel d'avant-match. On se prépare à faire des choses très simples et très précises, et on va tout faire pour finir ce match en levant les bras au ciel. » Comme son joueur, Sébastien Piqueronies, le nouveau manageur a redit que son équipe ne maîtrisait pas son destin. « On doit gagner, on le sait, et on se prépare à gagner sans écouter ce qui se passe à Jean-Dauger. On va essayer modestement de se construire notre performance, mettre tous nos ingrédients pour sortir victorieux, ça c'est notre priorité. On est au pied du mur. Il nous faut faire une grosse perf, possiblement en tout cas nous mettre dans une dynamique pour nous récompenser. » Alexandre Dumoulin « Le bonus offensif, clairement, on n'en parle pas du tout » Quant à l'hypothèse d'une victoire bonifiée, elle n'aurait pas été abordée selon les acteurs palois. « Le bonus offensif, clairement, on n'en parle pas du tout », a commenté Dumoulin. Car imaginer cela, ce serait peut-être aussi penser à une opposition Montpelliéraine à la fois sauvée, démobilisée et affaiblie, scénario auquel les Palois ne croient pas du tout. Pour Pau, Montpellier va jouer son rôle d'arbitre jusqu'au bout. « Ce qui est factuel, c'est que Montpellier aura beaucoup d'internationaux sur la pelouse, au début et à la fin, note Piqueronies. Le cadre il est évident : on va s'attacher à défier une rude et difficile équipe. » Lucas Rey, le capitaine tient le même raisonnement : « Montpellier ne va pas venir en vacances, c'a été annoncé, c'est clair pour tout le monde. Une équipe qui joue relâchée il faut s'en méfier ». Et sur ce même thème, concernant son ancien club, l'avis de Dumoulin ne tranche pas : « Montpellier a une profondeur d'équipe tout autre que la nôtre, bourrée d'internationaux à tous les postes. Montpellier a l'effectif et les qualités pour venir gagner. » lire aussi Pau avec Rey et Hastoy, Montpellier en version hybride pour la dernière journée Jouer, gagner, attendre et voir donc. Ou la Section est sauvée samedi soir, ou Bayonne se tire d'affaire et Pau est condamnée au barrage de maintien à Perpignan ou Biarritz le 12 juin. « On a une cartouche cette semaine et si elle ne passe pas, il y en aura une autre la semaine prochaine », acquiesce froidement Dumoulin. « La seule chose qui est certaine, c'est qu'il faudra gagner, 2 matches ou 1, c'est la seule chose certaine, rappelle Piqueronies. On est très humbles vis-à-vis de la situation, on est 13e avec 4 points de retard et on s'attend à devoir gagner 2 matches. Et si on a le luxe de se satisfaire de ne devoir en gagner qu'un, on sera évidemment très heureux et très soulagés. » Et Lucas Rey de conclure : « Si ça nous sourit pas il nous restera un match et au moins on l'aura bien préparé. On a tout à gagner ce week-end... » lire aussi Le classement