Rugby - Top 14 - R92 - Eddy Ben Arous : «Contents de cette place si on la garde»

L'Equipe.fr
Le pilier du Racing 92, Eddy Ben Arous, est blessé. Il ne jouera donc pas dimanche contre Oyonnax.

Le pilier gauche du Racing 92 aborde sereinement la dernière marche face à l'UBB (samedi 20h45) avant un possible barrage. Et envisage la phase finale avec un statut d'outsiders pour les Racingmen.«Ce match face à l'UBB ressemble à un match de phases finales... Cette rencontre a un très fort enjeu. Il faudra gagner. C'est un véritable huitième de finale pour nous ce match.Dans cette course au dernier strapontin pour les barrages, vous êtes dans la position du chassé, ce statut vous apporte plus de pression ? Il n'y a pas de pression supplémentaire à avoir sur nos épaules. C'est bien sûr à nous de garder notre 6e place mais je pense que plus généralement, on est dans une position d'outsiders. On a envie de montrer que l'on existe cette année, dans cette fin de saison. Si on se qualifie pour les barrages, on sera outsiders que ce soit contre Clermont ou Montpellier. L'an dernier, même si on avait reçu, on était déjà passé par les barrages et on sait comment ça a fini.Vous n'avez jamais été aussi bien classé cette saison, ça tombe bien à un match de la fin de saison ?Niveau comptabilité, c'est la semaine parfaite, c'est vrai. Si on gagne avec bonus, on est qualifié quoique fassent nos poursuivants. En début d'année on avait un autre objectif. On ne voulait pas autant galérer pour être dans les six et on pensait être mieux classé en fin de saison. Mais on est quand même contents de cette place si on la garde. Samedi, on vise la victoire. C'est primordial, que ce soit d'un point ou de dix. La saison a été compliquée. On a été inexistant en Coupe d'Europe. On a envie de bien terminer et pour ça il faut se qualifier pour les barrages voire plus si affinités.L'Union Bordeaux-Bègles n'a quasiment aucune chance d'être barragiste, comment on aborde un tel match ?On sait que ça va être difficile. Les Bordelais ne vont pas aller chercher les trois points. Ils n'auront plus rien à perdre, alors ils vont relancer de leur camp, vont attaquer à tout-va et ce n'est pas évident de jouer une telle rencontre. C'est même ce genre de matches qui est le plus dur.Vous pouvez dire merci à Jules Plisson qui a préféré prendre la pénal-touche plutôt que de tenter les trois points. Vous comprenez sa décision ?Moi, je comprends Jules et le Stade français. La pénalité était trop lointaine. Ils voulaient valider la victoire et ne pas risquer une contre-attaque en cas d'échec à la pénalité. Dans les mêmes conditions, botter en touche est l'option qu'on aurait prise nous aussi, sûrement.Et dans ce match dimanche, vous avez eu des soucis dans le domaine de la conquête. Vous avez mis l'accent dessus à l'entraînement ?Cela fait même plusieurs matches où on a du mal dans ce secteur et la conquête c'est la clé. C'est le minimum pour ensuite construire du jeu. On doit s'appuyer sur notre conquête et on a bien sûr travaillé énormément la touche et la mêlée cette semaine.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages