Rugby - Top 14 - R92 - Laurent Travers, réaliste après la défaite du Racing 92 en demi-finale de Top 14 face à La Rochelle : « Ils méritent leur victoire »

·3 min de lecture

Le manager du Racing 92, Laurent Travers, n'a pas mâché ses mots suite à l'élimination de son équipe face à La Rochelle en demi-finale du Top 14 (19-6), vendredi. Laurent Travers (manager du Racing 92) après la défaite face à La Rochelle : « Quand on perd en demi-finale, c'est un échec. Quand vous avez les ambitions du Racing, vous avez envie d'être champion. On est déçus, mais on est tombés sur meilleurs que nous. Sur l'entame de match, on a 5-6 minutes assez bonnes, mais on ne concrétise pas. Pour sortir de notre camp, on a joué des ballons hauts, mais nous en avons récupéré aucun. On a été défaillants, sur les phases de mêlée aussi. lire aussi Le film du match On avait mis ce qu'il fallait en barrage, pas ce soir. Cette semaine, on avait moins d'essence dans le moteur, mais c'est lié aussi à la qualité de La Rochelle. Ils ont répondu présents par système défensif. Ils méritent leur victoire. Souvent, le tempo vient du paquet d'avants. La semaine dernière, on jouait en avançant, ça permet aux trois-quarts de faire du bon boulot. Ce soir, on a été sur le reculoir. On a été pris dans le combat. Il faut dire la vérité, on a été pris dans le combat. Je suis néanmoins fier de mes joueurs. J'ai moi aussi ma part de responsabilité. La semaine dernière, on nous voyait champions et là il faut jeter tout le monde. On sait ce qu'on doit travailler. Un quart de Coupe d'Europe, une demie de Top 14, c'est insuffisant. On ne se contente pas de ça. Mais dans le sport, il n'y a qu'un champion, un heureux, tous les autres malheureux. » Teddy Iribaren, demi de mêlée du Racing 92 Quand on recule, c'est compliqué, je n'ai pas su trouver les solutions. Devants, ils ont été meilleurs que nous. Dans l'agressivité, le combat au sol, on a perdu beaucoup de ballons dans les rucks. Pas grand chose n'a marché en seconde période. Teddy Iribaren (demi de mêlée du Racing 92) : « Ils font le break en première période, puis nous, on descend en pente douce. Avec la blessure de Baubigny, je dois lancer en touche et il n'y a plus d'incertitude. Ensuite vient la pluie, alors qu'on veut mettre du jeu, du coup, le ballon est glissant. De leur côté, ils ont laissé couler avec un gros rideau défensif. Quand on recule, c'est compliqué, je n'ai pas su trouver les solutions. Devant, ils ont été meilleurs que nous. Dans l'agressivité, le combat au sol, on a perdu beaucoup de ballons dans les rucks. Pas grand chose n'a marché en seconde période. » lire aussi Le tableau de la phase finale Maxime Machenaud (capitaine du Racing 92) : « Ils ont des joueurs très massifs. Skelton, il n'y en a pas beaucoup dans le championnat. À lui seul, il détruit des ballons portés. Le fait qu'il n'ait pas participé au barrage a pu jouer. Ils ont été supérieurs à nous physiquement, dans le jeu d'avants. À nous de tirer les enseignements et de revenir plus forts l'an prochain. » lire aussi La Rochelle : Doumayrou de retour en finale ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles