Rugby - Top 14 - Le Racing 92 se qualifie en demi-finale en battant le Stade Français

·3 min de lecture

Cinq essais à trois, les Franciliens ont scellé leur succès en première période face au Stade Français dans ce barrage en forme de derby, vendredi soir, en l'emportant (38-21). Le Racing 92 affrontera La Rochelle en demi-finale, vendredi prochain (20h45) à Lille. Le match : 38-21 Dès la vingtième minute, le Stade Rochelais s'était préparé à affronter le Racing 92, vendredi soir prochain à Lille. En effet, tous les observateurs s'attendaient à un duel serré, il n'en a rien été : le Stade Français a sombré d'entrée, miné par un excès d'excitation, de tension, de motivation... En témoignent les onze premières pénalités qu'il encaissa en 22 minutes, ce qui doit être un record ; une limite à ne pas franchir dans un match de haut niveau. Indiscipline qui lui coûta ce barrage, lequel céda très vite sous la pression offensive des Racingmen. Il était au centre de toutes les attentions médiatiques et il a relevé le défi : dès la 5e minute, le néo-Racingman Gaël Fickou raffuta son ancien coéquipier Jonathan Danty pour marquer entre les poteaux. Puis ce fut au tour de Teddy Thomas de s'illustrer sur une passe millimétrée de... Gaël Fickou (11e, 14-0). Très pénalisés, les Parisiens laissèrent à leur adversaire l'initiative du jeu et Maxime Machenaud profita d'un « deux contre un » d'école de son flanker Boris Palu pour inscrire le troisième essai de son équipe (18e, 21-0). lire aussi Le film de Racing 92 - Stade Français À quinze contre quinze, le Stade Français était débordé ; à treize après deux expulsions temporaires (Naivalu 22e, Latu 26e), ce fut pire, l'essai de Simon Zebo (29e, 28-0) enfonça le clou. En seconde période, le coup de gueule de son directeur général Thomas Lombard dans le vestiaire réveilla les énergies, mais le Stade Français poursuivit son chemin de croix avec l'essai du talonneur remplaçant francilien Hassane Kolingar (43e, 35-0) sur un groupé-pénétrant géré au pas de course... Par la suite, le Racing 92 géra sa confortable avance dans la perspective de sa demi-finale, dans une semaine, se mettant souvent délibérément à la faute pour récolter deux cartons jaunes (58e, 66e). Du coup, profitant de sa supériorité numérique, le Stade Français, inscrivit trois essais par Sefanaia Naivalu (47e), Sekou Macalou (62e) et Waisea Nayacalevu (67e) afin de terminer sa saison sur une meilleure note. 4 Le nombre de cartons jaunes distribués par M. Charabas : deux contre le Stade Français (Naivalu, 22e, puis Latu, 26e) ; deux contre le Racaing 92 (Bird, 58e, et Thomas, 66e). Le fait : l'indiscipline a pénalisé le Stade Français Concéder dix pénalités en vingt minutes, c'est n'est plus de la méconnaissance du règlement, c'est de l'aveuglement coupable. Pénalisé au sol, dans les rucks, en l'air, les Parisiens ont attendu le début de la seconde période pour arrêter d'être sanctionnés. Mais c'était trop tard : le Racing 92, très opportuniste et efficace sur ses temps forts, avait déjà fait son miel de ce surcroit d'erreurs en menant 35-0, retard que le Stade Français ne put combler malgré sa bonne fin de rencontre. lire aussi Le calendrier de la phase finale du Top 14