Rugby - Top 14 - ST - Clément Poitrenaud : « Les matches contre l'UBB ont toujours été épiques »

·3 min de lecture

L'entraîneur des trois-quarts du Stade Toulousain se réjouit de défier Bordeaux-Bègles à Chaban-Delmas, ce samedi (21 h 05), dans un choc entre les deux premiers du Championnat qui promet beaucoup. Même s'il relativise l'importance de ce duel à ce stade de la saison. « Le flou qui entoure le match de Coupe d'Europe face à Cardiff, dans une semaine, vous a-t-il incité à modifier la composition d'équipe que vous aviez imaginée au départ face à l'UBB ce samedi ?
Au départ, on avait envie de laisser nos internationaux récupérer un peu. Mais en concertation avec eux et au regard de leur implication dès leur retour à l'entraînement lundi dernier, on s'est dit que ça serait bien de les faire participer plus vite que prévu. Du coup, ils se sont entraînés normalement toute la semaine. Comment appréhendez-vous cette rencontre face à votre suivant immédiat au classement ?
On la prend comme un match de Top 14 à l'extérieur. C'est la 12e journée, il n'y a pas de pression de vie ou de mort sur cette rencontre, ce n'est pas un match couperet, un match qui te qualifie pour quoi que ce soit. Ce qui est certain, c'est que les matches contre l'UBB ont toujours été épiques ces dernières années, que ce soit par leur couverture médiatique ou par ce qui se passe sur le terrain. Bien sûr que ça sera un match intense, engagé. Nous, on est très heureux de se rendre à Bordeaux dans un stade Chaban-Delmas qui sera enfin à guichets fermés. « Je ne crois pas que Romain (Ntamack) fasse une fixation sur Matthieu (Jalibert) » Avez-vous senti de l'excitation chez votre ouvreur Romain Ntamack à l'idée d'affronter Matthieu Jalibert, son concurrent direct en équipe de France ?
Non, Romain n'est pas du genre à se poser trop de questions par rapport à ses adversaires. Jalibert et lui ont une concurrence qui m'a l'air saine en équipe de France, puisqu'ils ont été associés à deux reprises (face à l'Argentine et à la Géorgie), avec plus ou moins de réussite. On sentait quand même qu'ils essayaient de trouver des connexions. Je ne crois pas que Romain fasse une fixation sur Matthieu, loin de là. Ce qui est sûr, c'est qu'on aura un match entre les deux numéros 10 de l'équipe de France et que c'est bien pour le rugby français. Vous serez privés des frères Arnold (blessés) et de Thibaut Flament (vacances) pour ce match. Ne craignez-vous pas de souffrir en touche comme la semaine dernière face à Brive (18-11) ?
Mon, parce qu'on était la meilleure équipe en touche avant cette rencontre de Brive. Il faut donc prendre ça comme un accident, ce sont des choses qui arrivent. On a donné deux semaines de vacances aux joueurs, les Brivistes s'étaient probablement préparés mieux que nous dans ce secteur. Ils nous ont bien décryptés. Au-delà de notre performance, qui n'a pas été bonne, il faut surtout saluer la performance de leur alignement qui a été vraiment excellente. Sinon, il n'y a pas d'inquiétude particulière à avoir par rapport à ce secteur de jeu. On a énormément confiance en notre alignement et en la capacité de Jean Bouilhou à trouver des solutions. Toulouse et l'UBB sont actuellement les deux équipes les plus attractives du Championnat. Vous attendez-vous à un rugby tout feu tout flamme ?
Pas forcément, parce que les conditions météo doivent être prises en compte. A priori, on nous annonce de la pluie et du vent. Évidemment qu'on a tous envie de jouer au rugby, de produire du jeu et de montrer du panache. Mais l'engagement physique des deux équipes, leur investissement défensif et les conditions météo pourraient peut-être contrarier tout ça. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles