Rugby - Top 14 - Top 14 (25e journée) : Castres écrase Toulouse et se place pour disputer son barrage à domicile

L'Equipe.fr
Grâce à sa victoire bonifiée (52-7) face à un Stade Toulousain qui a complètement lâché en seconde période, le Castres Olympique devrait, sauf improbable concours de circonstances, faire partie du programme des barrages de la phase finale. Reste à savoir s'il jouera le sien, de barrage, à domicile ou à l'extérieur.

Grâce à sa victoire bonifiée (52-7) face à un Stade Toulousain qui a complètement lâché en seconde période, le Castres Olympique devrait, sauf improbable concours de circonstances, faire partie du programme des barrages de la phase finale. Reste à savoir s'il jouera le sien, de barrage, à domicile ou à l'extérieur.Le match : 52-7C'est presque fait. Même s'il devra encore attendre les autres résultats de la journée, et, peut-être aller chercher un petit quelque chose à Brive la semaine prochaine, Castres a pratiquement entériné sa qualification pour la phase finale en surclassant de pauvres Toulousains complètement dans la nasse. Après vingt et une minutes de jeu, le CO menait déjà 10-0 contre le vent grâce à un but de pénalité d'Urdapilleta et un essai de Tulou consécutif à un départ au ras à cinq mètres de la ligne.Et, à observer le pas las des quatorze Toulousains (l'ailier Huget venait d'écoper un carton jaune pour une geste d'antijeu, 20e) au moment de se replacer avant le renvoi, on imaginait alors que ce dernier match de la saison régulière à Pierre-Antoine ressemblerait à une formalité. Peut-être les Castrais l'ont-ils cru eux-mêmes, d'ailleurs.Le film du matchSinon, comment expliquer cette grossière faute de concentration qui permit trois minutes plus tard (24e) à Bonneval de transperçait le rideau tarnais et, quelques temps de jeu plus tard, à McAlister de marquer au pied des poteaux ? À la mi-temps, Castres ne menait que 13-7, et ce n'était vraiment pas cher payé.Mais le suspense n'a pas vraiment duré au-delà. Une sautée de Combezou, une offrande de Caballero, un essai en coin de Caminati et le CO se mettait à l'abri (42e). La suite ? Un calvaire pour Toulouse. Quatre nouveaux essais inscrits pratiquement sans opposition par Mach (65e) – dont c'était la dernière apparition à Pierre-Antoine sous les couleurs du CO – Urdapilleta (71e), Dumora (74e) et Caminati (80e). Au total, 52 points encaissés par des Rouge et Noir complètement à la dérive, dépassés en mêlée, en touche, en tout. Ils termineront probablement la saison à la douzième place. Ils ne méritaient pas mieux.Le joueur : Caballero toujours vertA trente-quatre ans, le flanker international castrais est toujours aussi précieux. Omniprésent en touche, où il a notamment piqué un ballon hyper important à l'alignement toulousain en début de seconde période, alors que McAlister venait de trouver une penaltouche à 5 m de la ligne, Yannick Caballero a également brillé dans le jeu courant. On l'a vu notamment offrir une passe décisive à Caminati en bout de ligne, après une magnifique sautée de Combezou. Ou encore partir plein champ sur 30 m après une interception sur une montée défensive digne d'un trois-quarts. Rarement utilisé en début de saison, quand il était plus souvent en tribunes que sur les feuilles de match, «Caba» est redevenu un pion essentiel du pack tarnais.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages