Rugby - Top 14 - Top 14 (25e journée) : Le Stade Français remporte le derby parisien face au Racing 92

L'Equipe.fr
Le Stade Français s'impose (27-23) dans le derby face au Racing 92, dimanche, à Jean-Bouin, marqué par l'expulsion de Pascal Papé. Les Parisiens peuvent encore participer à la phase finale. Réponse samedi prochain à Montpellier. Le Racing 92, lui, récolte un bonus défensif.

Le Stade Français s'impose (27-23) dans le derby face au Racing 92, dimanche, à Jean-Bouin, marqué par l'expulsion de Pascal Papé. Les Parisiens peuvent encore participer à la phase finale. Réponse samedi prochain à Montpellier. Le Racing 92, lui, récolte un bonus défensif.Le match : 27-23Henry Chavancy avait pronostiqué un derby légèrement piquant, avec «99% de chances de voir des accrochages mais 0 d'assister à une bagarre générale à l'ancienne.» Le Versaillais a sous-estimé le climat orageux. Toute la première mi-temps, les chicaneries ont succédé aux chicaneries, jusqu'à ce que le couvercle de la marmite saute une bonne fois, à la 37e minute. Slimani et Le Roux s'attrapèrent un peu, Camara s'en mêla aussi mais l'empoignade fut encore plus virile entre Wenceslas Lauret et Pascal Papé. Les deux impétrants reçurent un carton rouge chacun.Le Stade Français avait déjà essuyé les plâtres à la 24e minute quand Jonathan Danty fut envoyé au frigo dix minutes après un plaquage haut sur Casey Laulala. Le Racing ne tira aucun profit de cet avantage numérique. Il aurait pu mais l'essai de Juan Imhoff (34e) fut invalidé par la vidéo pour une faute de Chris Masoe. Pire, juste avant le retour de Danty, une remise intérieur bigophonée de Dan Carter pour Grobler était interceptée par Sergio Parisse qui résistait à la cuillère de Machenaud et s'en allait marquer. Les Parisiens prenaient le large (13-6) et c'était assez logique, eu égard à l'indiscipline galopante des champions de France et leur conquête en souffrance, surtout la mêlée.Calendrier/RésultatsClassementDan Carter se racheta juste après la sirène. Il prolongea le bon travail de Chavancy en servant d'un offload parfait Laulala. En recollant à la mi-temps, le Racing s'en sortait bien. Ça n'allait pas durer. À la reprise, un grain pas possible tomba sur Jean-Bouin. Les plus mouillés furent les Racingmen, engloutis sous le déluge par des Stadistes déchaînés. Dès le renvoi, Djibril Camara marquait en bout de ligne. Quatre minutes après, Danty réussissait une action individuelle de classe (coup de pied par-dessus, accélération et essai) qui assommait le Racing (27-13).Enfin, presque. Les vingt dernières minutes furent difficiles pour des Parisiens, coupables de trop de fautes et qui manquèrent de justesse sur quelques actions offensives. De plus en plus pressant, le Racing marqua par son pilier Ben Tameifuna après une série de pick and go (62e). Puis Carter passa une pénalité à la 70e qui rapprochait les siens à quatre points. Mais la mêlée parisienne, qui aura tant brillé dans ce derby, termina le travail. Paris n'est pas mort, le Racing non plus.Le joueur : Pascal Papé, le tapis rougeL'ancien deuxième-ligne de l'équipe de France est entré le premier sur la pelouse de Jean-Bouin. Tout seul. C'est l'hommage qu'on rend à ceux qui vont arrêter. Dix secondes plus tard, ses équipiers sortirent tous du tunnel en arborant un t-shirt à message où on pouvait lire : «Merci Pascal». Papé fut aussi le premier à sortir, expulsé à la 37e minute par monsieur Raynal en compagnie de Wenceslas Lauret. Ce derby, le 193e match de «PP» avec le Stade Français, pourrait être le dernier. Une fin de carrière à la Zidane, en quelque sorte. À noter que Papé n'avait jamais été autant exclu que depuis qu'il est devenu vice-président de la Fédération française. Il avait déjà reçu un carton rouge à Lyon, en mars.Laurent Labit : «J'espère que Papé ne s'arrêtera pas là-dessus»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages