Rugby - Top 14 - Top 14 (22e journée) : Brive piège Montpellier à la dernière seconde

L'Equipe.fr
Au terme d'une rencontre heurtée, hachée et indécise, Brive l'emporte à domicile à la sirène face au MHR (28-25), dimanche. Alors qu'ils avaient la victoire bonifiée en mains, les Héraultais se contentent du bonus défensif.

Au terme d'une rencontre heurtée, hachée et indécise, Brive l'emporte à domicile à la sirène face au MHR (28-25), dimanche. Alors qu'ils avaient la victoire bonifiée en mains, les Héraultais se contentent du bonus défensif.Le match : 28-25S'il n'a pas atteint des sommets en termes de jeu, ce match de gros bras a d'abord valu pour son suspense et ce succès corrézien acquis au mental derrière une double série de percussions et de pick and go jusqu'au plongeon retourné du centre Galala qui privait Montpellier de sa victoire bonifiée. Grosse performance d'équipe, donc, côté briviste pour continuer à rêver, pourquoi pas, d'une septième place synonyme de barrages européens, tout un symbole pour l'anniversaire du titre décroché en 1997.Avec deux ballons portés d'entrée de jeu sur pénaltouche (3e, 5e), les Héraultais avaient donné le ton. Ce serait dense, âpre, rugueux, frontal et le plus costaud l'emporterait. Aux six buts de pénalité réussis par le métronomique canonnier briviste, Gaëtan Germain, entre la 11e et la 54e, bonifiant au mieux les avancées de son équipe, les Montpelliérains avaient répliqué par deux essais signés Alexandre Dumoulin (27e, 6-5) sur une série de crochets réalisés facilement par ses coéquipiers dans la défense corrézienne amorphe, puis Timosi Nagusa (46e, 12-18) à la conclusion d'un temps fort bien négocié.Le film du matchDans ce match tendu et heurté, Brive n'avait commis qu'une seule erreur, un mauvais lancer en touche de son talonneur Ribes devant sa ligne d'en-but, vite transformé en essai par Nagusa, donc. Cette approximation lui coûtait cher face à une équipe montpelliéraine sans génie mais très physique et opportuniste, calibrée tactiquement pour le contre. A l'heure de jeu, une nouvelle rencontre s'engageait, émaillée d'accrochages, et Brive s'en sortait bien toujours grâce à son buteur (66e, 21-18).Les Corréziens allaient s'accrocher à ce court avantage comme à une bouée de sauvetage au plus fort de la domination héraultaise en cette fin de rencontre houleuse. Mais à cinq minutes de la sirène, le MHR, sûr de sa force, chercheait une pénaltouche plutôt que le but et propulsait sans ciller son talonneur springbok Bismarck du Plessis derrière la ligne (75e, 21-25). C'était sans compter sur le sursaut d'orgueil corrézien qui concluait cette rencontre de la même façon, en force derrière une pénaltouche... Le plus gros mental l'emportait.Le fait : Les Héraultais voient jauneLe MHR a disputé cette rencontre pendant vingt minutes en infériorité numérique. Un quart du match à quatorze. Mais durant cette période qu'on peut juger handicapante, les Héraultais n'ont encaissé que six points, à savoir deux buts de pénalité.L'action : C'est jour de Galala79e. pénalité. Germain trouve la touche à cinq mètres de l'en-but héraultais d'un maître coup de pied. Pénaltouche. Les Brivistes s'y mettent à treize pour pousser mais n'avancent pas. Ils multiplient le jeu à une passe sur deux mouvements qui balayent la moitié de terrain, reviennent d'où ils étaient partis et c'est leur centre Galala, plutôt effacé jusque-là, qui fonce, plonge en l'air, se retourne et marque deux minutes après la sirène, essai de la victoire (28-25) transformé par l'inévitable Germain. Du délire à Amédée-Domenech !

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages