Rugby - Top 14 - Top 14 : Bayonne officiellement relégué en Pro D2 après sa défaite face au Stade Français

L'Equipe.fr
Pelu Taele-Pavihi s'est engagé deux saisons en faveur du RC Narbonne-Méditerranée.

La défaite de l'Aviron Bayonnais face au Stade Français signe officiellement la relégation du club en Pro D2.L'espoir était mince. Au terme de la 23e journée de Top 14, il n'existe plus. L'Aviron Bayonnais est mathématiquement relégué en Pro D2 après sa défaite face au Stade Français (16-32). Avec 26 points au classement, les Bayonnais ne peuvent plus refaire leur retard (23 points) sur le Stade Français, premier non relégable, à trois journées de la fin de la saison régulière.Jamais aux commandes de la partie, Bayonne s'est logiquement incliné face à un Stade Français réaliste, mieux en place et plus précis dans le dernier geste (16-32). La qualité de la mêlée fermée et de la conquête bayonnaises étaient au rendez-vous mais souvent gâchées par des passes mal assurées. L'essai du talonneur Grégory Arganèse (67e) et le 100% au pied du buteur Martin Bustos Moyano ne permettront jamais aux Ciel et Blanc de venir inquiéter les Stadistes.Malgré le départ de certains spectateurs basques avant la fin du match, les hommes de Vincent Etcheto ont tout de même tenté leur chance jusqu'au bout en commettant une dernière faute de main à quelques mètres de la ligne d'en-but parisienne. «C'était une saison très compliquée, on a malgré tout essayé de se battre. Les grosses défaites à l'extérieur nous ont fait mal alors on a essayé de montrer un plus beau visage ici. Il a manqué un peu de tout pour être au niveau»,analysait le demi de mêlée bayonnais Emmanuel Saubusse.A Jean Dauger, les coéquipiers de Pascal Papé ont signé leur première victoire à l'extérieur depuis 17 mois et un match de novembre 2015 à Grenoble. Une victoire bonifiée grâce au doublé d'Hugo Bonneval (40e, 79e) et aux essais de Sékou Macalou (46e) et Vuidravuwalu (59e). «Cela reste un match pauvre mais on est en pleine rédemption. C'est d'ailleurs dommage qu'ils n'aient pas fait la fusion en décembre, on se serait réveillé avant, ironisait le capitaine parisien, Pascal Papé à la fin du match. Il reste encore de gros matches et ce qui est dommage c'est qu'on ne va prendre du plaisir qu'en fin de saison...»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages