Rugby - Top 14 - La Rochelle, court vainqueur du Racing 92 en Top 14

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Avec trois buts de pénalité de leur ouvreur Ihaia West, les Rochelais sont parvenus à vaincre le Racing 92 (9-6) dimanche soir à Marcel-Deflandre lors du match en retard de la 3e journée de Top 14. Le match : 9-6 Souvent très difficile à manoeuvrer lorsqu'il se déplace, le Racing 92 a pas fait exception à sa règle qui veut que son pack donne du fil à retordre à tous ceux qui s'y frottent. Les Franciliens eurent cinq touches avec lancer favorable dans les derniers instants mais ne surent pas mettre ces occasions à profit. Pourtant, à partir de la 50e minute, ils avaient mis la main sur le ballon, en touche et en mêlée, La Rochelle, étouffé, se montrant incapable de lancer son jeu d'habitude aussi spectaculaire qu'efficace à domicile. À la pause, on aurait pu croire au résultat d'une rencontre de football. Certes, il y avait eu du jeu au pied, parfois même un peu trop, et mal, mais ce sont surtout les différentes tentatives de jeu à la main qui ne débouchèrent pas sur des essais. Plutôt agréable à suivre, indécis et vivant, ce match en retard de la 3e journée était orchestré par deux ouvreurs d'ordinaire attirés par l'offensive et qui là semblèrent jouer contre nature dès qu'ils utilisèrent leur pied au lieu de leurs mains. voir aussi Le film de La Rochelle - Racing 92 Un peu avant l'heure de jeu, on se dirigeait gentiment, c'est-à-dire sans grand engagement dans le combat, vers un résultat nul qui pouvait satisfaire les Franciliens venus en composition très mixte, d'autant que leur ouvreur François Trinh-Duc faisait preuve d'imprécision devant les poteaux, lorsque Ihaia West ajouta un deuxième but de pénalité (58e) pour faire passer, enfin, le leader du Championnat en tête. Le duel des buteurs, Iribaren remplaçant l'infortuné Trinh-Duc, se poursuivit, portant le score à 9-6 dans un dernier quart d'heure cafouilleux qui ne permit à personne de briller, voire tout simplement de casser la défense adverse. Le Racing 92, d'habitude efficace dans ce domaine, ne parvient pas à forcer le destin et s'en revient de l'Atlantique avec néanmoins un bonus défensif qui lui permet de monter à la quatrième place. Le nombre d'essai inscrit durant cette rencontre. Le fait : du jeu au pied trop approximatif Le moins qu'on puisse écrire, c'est bien que les stratèges des deux équipes, cherchant à distiller du jeu au pied tactique, ne furent pas très inspirés dans leurs tentatives. Chandelles trop longues, lobs approximatifs, coups de pied de déplacement mal ajustés. Sans parler des tirs au but, à l'exemple de l'ouvreur international francilien François Trinh-Duc, auteur d'un maigre 25 % devant les poteaux (1/4). Avant d'être remplacé dans cet exercice par Teddy Iribaren dont ce fut le grand retour sur les terrains après sa finale européenne malheureuse face à Exeter.