Rugby - Top 14 - UBB - Christophe Urios (UBB) : « J'ai pris un risque »

·2 min de lecture

Le manager de l'UBB Christophe Urios est revenu ce mardi matin en conférence de presse sur les raisons de sa prolongation jusqu'en 2025 avec le club girondin, actuel leader du Top 14. Ce mardi matin, au centre d'entraînement de l'UBB à Bègles, l'entraîneur girondin Christophe Urios est revenu longuement sur les détails de sa prolongation de contrat jusqu'en 2025, officialisée lundi après-midi par le club. Passionné par l'art du management, le technicien (56 ans) a commencé la conférence de presse par un exposé détaillé et précis pour justifier sa décision de s'engager sur le long terme avec Bordeaux-Bègles. « Je ne prends pas ma décision en fonction de si je suis bien à Bordeaux ou non, a-t-il affirmé en préambule. Il y a plusieurs choses qui ont motivé mon choix. La première question que je me suis posée, c'est : « Est-ce que je suis l'homme de la situation ? » Quand tu restes quatre ans dans un club, ce sera le cas à la fin de mon contrat initial (jusqu'en 2023), ce n'est pas simple. Est-ce que tu as toujours cette motivation, les ressources nécessaires pour faire grandir le club, le groupe et par la même occasion toi-même. » Christophe Urios « Dans mon job, j'ai besoin de vibrer. Le jour où ce n'est plus le cas, je me fais chier, et il vaut mieux que j'arrête » Urios a assuré qu'il avait encore la motivation pour poursuivre l'aventure en Gironde : « Dans mon job, j'ai besoin de vibrer. Le jour où ce n'est plus le cas, je me fais chier, et il vaut mieux que j'arrête. Ça c'était essentiel. » Le manager de l'UBB s'est également questionné sur les capacités de progression de l'équipe, « pas uniquement sur le plan sportif, mais aussi en tant qu'identité », précise-t-il.

« C'est un club incarné par un président (Laurent Marti) qui a beaucoup d'ambitions, et il faut que tout le monde soit capable d'aller vers cette ambition-là, ajoute Urios. Je suis à venu à Bordeaux en grande partie pour Laurent. C'était important pour moi de connaître son ambition et son avenir. Quels étaient les projets, les évolutions ? » Sur ce point précis, le manager a été rassuré par les échanges récurrents avec son président depuis le début de la saison. lire aussi Classement du Top 14 Christophe Urios a aussi obtenu des garanties pour associer encore plus le travail de la formation et du groupe pro, ainsi que sur les moyens à disposition pour le recrutement. « Ça a été de longs débats, de bonnes discussions », sourit l'entraîneur. Christophe Urios « C'était important pour donner une impulsion. J'ai raté un joueur dans le recrutement à cause de cette situation-là, ça a été pour moi un élément déclencheur » Le manager de l'UBB a enfin expliqué que, s'il avait pris sa décision si tôt (un an et demi avant la fin de son contrat), c'était pour créer un élan : « Je me suis quand même mis en danger, j'ai pris un risque, mais ce n'est pas un problème pour moi. C'était important pour donner une impulsion. Ce qui m'a vraiment affecté, c'est que j'ai raté un joueur dans le recrutement à cause de cette situation-là (le Castrais Mathieu Babillot), ça a été pour moi un élément déclencheur. Quand on travaille sur le recrutement, évidemment qu'il y a des joueurs qui sont plutôt sensibles au mec par qui ils vont être entraînés. Je me suis dit : « Je reste ou je m'en vais » mais il faudra que les idées soient claires le plus tôt possible. » Arrivé à Bordeaux-Bègles à l'été 2019, Urios est le premier entraîneur à avoir qualifié le club en phase finale, la saison passée, avec trois demi-finales (Challenge Cup, Champions Cup, Top 14). Les Girondins occupent actuellement la première place du Championnat (après 12 journées), comme lors de la première année d'Urios à Bordeaux, arrêtée après 17 journées en raison de la pandémie mondiale. lire aussi Crunch, le podcast rugby : l'UBB de Christophe Urios, un leader à la loupe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles