Rugby - Top 14 - UBB - Christophe Urios, manager de l'UBB après la défaite en demi-finale contre Toulouse : « La meilleure équipe n'a pas gagné »

Le manager de l'UBB, battu par Toulouse en demie du Top 14 (24-21), a expliqué ressentir de la colère mais également beaucoup de fierté envers son groupe, pour la première expérience du club en phase finale du championnat. Christophe Urios, entraîneur de Bordeaux-Bègles, battu par Toulouse en demi-finales du Top 14 (24-21) : « C'est une défaite qui aurait pu être une victoire. Je pense que la meilleure équipe n'a pas gagné ce soir, même si on a beaucoup de respect pour Toulouse. Ce soir, on mérite de gagner. On n'a pas tout contrôlé, on a fait des erreurs notamment en première mi-temps. Cela ne nous a pas permis de bien rentrer dans le match, de les mettre en difficulté. Après, il y a des coups du sort toujours en faveur des Toulousains... Quatre fois qu'on les joue, quatre fois que c'est pareil... Je ne m'épancherai pas là-dessus, même si ce soir on a beaucoup de colère. Évidemment qu'on est extrêmement déçus, abattus, en colère, mais en même temps il y a de la fierté, un mélange de sentiments et d'émotions pas facile. Quand on aura digéré tout ça et qu'on reprendra le chemin de l'entraînement, on se rendra compte qu'on a fait une très grande saison. lire aussi Les notes de Toulouse - Bordeaux-Bègles Arriver en demi-finale, c'est déjà un grand parcours. Il ne faut pas faire la fine bouche, c'est ce que j'ai dit aux joueurs dans les vestiaires. Après, ce qui manque entre une demie et une finale, c'est le facteur chance, le facteur expérience, c'est faire le moins d'erreurs possibles. L'UBB n'arrivait pas à se qualifier, cette année, elle fait trois demies. Ça dénote toute la progression du club qui est ambitieux, qui travaille bien au niveau de ses structures, qui cherche à avancer, à être le meilleur. Même s'il n'y a pas de finale au bout, c'est une année à marquer d'une croix parce qu'elle va nous permettre de franchir des capes. Christophe Urios « Je ne vais pas vous dire qui je vais supporter (pour la finale Toulouse-La Rochelle) mais on pourrait presque être cousin (sourire) » La finale entre Toulouse et La Rochelle ? Moi, je ne la regarderai pas mais je serai supporter d'une équipe quand même (sourire). Je ne vais pas vous dire qui je vais supporter mais on pourrait presque être cousin (sourire). J'ai trouvé les Toulousains impactés physiquement ce soir (samedi). J'ai trouvé que La Rochelle était très costaude vendredi. Ce sont deux équipes qui se craignent, qui se respectent, qui sont bâties pour le haut niveau. À mon avis, ça va être une finale fermée comme en Coupe d'Europe. » Jefferson Poirot, pilier et capitaine de Bordeaux-Bègles : « C'est difficile de parler du carton rouge (de Seuteni) mais c'est vrai qu'elle change beaucoup de choses cette action parce qu'on a une possession importante chez eux. Sur le coup, on a l'impression qu'il s'agit d'un choc tête contre tête, les deux joueurs sortent. On est assez surpris qu'il y ait carton rouge. Mais après, l'arbitre a toujours raison. On a su rester malgré tout dans le match et on a eu l'opportunité de le gagner. On ne remporte pas ce match à cause de quelques détails. Jefferson Poirot « On avait élaboré pendant la semaine une stratégie qui, je pense, a surpris les Toulousains. On a trouvé quelques clés pour les mettre à mal » C'est la rencontre contre Toulouse où on s'est senti le mieux dans le match. On avait élaboré pendant la semaine une stratégie qui, je pense, les a surpris. On a trouvé quelques clés pour les mettre à mal. Après, malheureusement, sur la première période on fait aussi beaucoup de fautes, on prend un essai un peu casquette, un peu litigieux aussi. C'est difficile à avaler mais il faudra s'en servir pour cravacher et revenir à ce stade-là, parce que c'est bon quand même. » lire aussi Romain Ntamack sort K.-O.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles