Rugby - Top 14 - UBB - Jefferson Poirot (UBB, après la victoire contre le Stade Français) : « On a su être patients »

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le capitaine de l'Union Bordeaux-Bègles, Jefferson Poirot, ne boudait pas son plaisir suite à la victoire bonifiée de son équipe face au Stade Français (37-10). Jefferson Poirot (capitaine de l'UBB après la victoire face au Stade Français) : « On a su être patients. On était un peu tendus sur la première période. On n'a pas paniqué. C'est une bonne chose. On s'est rachetés de la semaine dernière (défaite à Biarritz). La saison est longue, on va continuer de bosser. Sur l'ensemble du match on a été dominant. On a construit le match. On a retrouvé l'UBB sur la solidarité. La percée de Matthieu (Jalibert) qui amène le premier essai nous a sans doute libérés. Ça amène les autres essais. C'est de bon augure pour la suite. Quand on l'a à ce niveau, l'équipe va bien. » lire aussi Le classement du Top 14 Christophe Urios (manager de l'UBB) :« On a été nous. C'est bien. On a mis une mi-temps pour entrer dans le match. On était tendus, mais on sentait qu'on était en train de prendre le dessus. Ce premier essai nous libère, même si c'est surtout notre mêlée qui nous libère aujourd'hui. Ce que j'ai aimé, c'est que lorsqu'on prend l'essai, on a réussi à encore en marquer deux pour empocher le bonus. Ça prouve qu'ils ont du caractère, ça me plaît. On est contents. À la pause, on avait fait le boulot, on était bien, c'était un bras de fer. Il fallait continuer et prendre confiance. Il fallait accélérer. Le bonus offensif est logique. Après, je ne saute pas au plafond, ce n'est que la deuxième journée. » Matthieu Jalibert, ouvreur de l'UBB « La semaine dernière on était passé à côté dans le combat. On se devait de rebondir et montrer notre vrai visage » Matthieu Jalibert (ouvreur de l'UBB) : « On savait que le Stade Français allait nous proposer de l'occupation et du combat. En première période, on peut marquer. On garde cette intensité et ils finissent par craquer. La semaine dernière, on était passés à côté dans le combat. On se devait de rebondir et montrer notre vrai visage. À la mi-temps, le discours de Christophe (Urios) a été très positif. On était dans le match. Il fallait juste être patient, ce qui s'est passé. Je suis content d'être à l'origine des trois essais. On a retrouvé notre jeu et notre ADN. C'est important de gagner. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles