Rugby - Top 14 - UBB - Nans Ducuing : «Toujours des matches particuliers contre La Rochelle»

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

De retour de blessure, l'arrière bordelais Nans Ducuing affirme sa joie de retrouver les terrains et l'UBB, lancée dans la dernière ligne droite vers une qualification historique pour les play-offs du Top 14, avant le match contre La Rochelle, ce samedi (17 h 15) à Chaban-Delmas. « Vous n'avez plus joué depuis le 28 novembre et le déplacement victorieux à Montpellier (22-23). Après votre blessure au mollet gauche, comment vous sentez-vous avant votre retour ?
Je suis très content, forcément, parce que quand tu es éloigné des terrains, tu prends moins de plaisir. C'est le côté obscur des blessés : c'est dur, tu vis beaucoup moins d'émotions que tes copains. Je ne savais pas quand je reviendrais parce que j'ai subi une blessure assez délicate à soigner (déchire du mollet gauche). Je suis revenu dans le groupe la semaine dernière. J'espère enchaîner les matches et faire une bonne fin de saison avec le club. L'UBB a vécu un début d'année avec un calendrier infernal. La coupure internationale a-t-elle fait du bien ?
Cette pause est tombée à point nommé parce qu'avec le Covid-19, on a enchaîné je-ne-sais-combien de semaine d'affilée (16 semaines sans coupure entre le 17 octobre et le 30 janvier), avec en plus des matches reportés. C'était éreintant. Tu joues chaque week-end des matches de haut niveau contre de grosses écuries. Avec l'hiver qui a été rude, il y avait pas mal de monde sur les rotules et les vacances ont permis aux joueurs de se régénérer et de souffler. On avait besoin de couper et on était évidemment content de se retrouver. Nans Ducuing « Christophe (Urios), avec son expérience, est là pour nous guider, pour nous cadrer, pour sentir s'il y a trop d'excitation ou pas assez. Pour l'instant, il mène plutôt bien sa barque. » Vous reprenez ce week-end par la réception de La Rochelle, un match pas comme les autres pour l'UBB...
On parle de ''derby de l'Atlantique'' depuis que les deux équipes sont en Top 14. C'est vrai que ce derby oppose deux villes un peu éloignées. Mais ce sont toujours des matches particuliers où se joue la suprématie de la côte Atlantique. Depuis des années, La Rochelle est une très belle équipe qui tourne à plein régime. Elle a son style de jeu avec des avants très forts et conquérants et des gazelles derrière. On le voit, ils ont fait de bonnes performances cette saison (le Stade Rochelais est 2e du Top 14). Si on veut rester dans le Top 6, à nous d'élever notre niveau de jeu sur ces dernières journées. Ça commence par une victoire ''à la piaule'' contre La Rochelle (samedi, 17 h 15). lire aussi Calendrier et résultats du Top 14 On entre dans le money-time pour la qualification. De quelle façon l'équipe aborde-t-elle cette période ?
Il y a de l'excitation parce que l'équipe s'est ''pelée'' sa place depuis sept mois. Avec les beaux jours qui arrivent, on sent qu'on se rapproche de la fin. On est toujours dans le Top 6 et on n'a jamais vécu de play-offs. Je crois que Christophe (Urios, le coach), avec son expérience, est là pour nous guider, pour nous cadrer, pour sentir s'il y a trop d'excitation ou pas assez. Pour l'instant, il mène plutôt bien sa barque. Nous, on reste assez calmes, on ne va pas fanfaronner, il reste encore pas mal de journées (7). Notre objectif du Top 6 est affiché depuis le début. On va essayer de faire des bonnes performances dans les semaines à venir pour y rester. »