Rugby - Tournoi - Bleus - Les explications de Fabien Galthié sur la composition du XV de France face à l'Écosse

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Le sélectionneur des Bleus a justifié plusieurs de ses choix dans le quinze de départ qui affrontera l'Écosse vendredi soir au Stade France (21 heures). Et notamment la présence de Swan Rebbadj en deuxième ligne ou Arthur Vincent au centre. Swan Rebbadj pour épauler Bernard Le Roux Si la présence en deuxième ligne de Bernard Le Roux était acquise, depuis son retour dans le groupe juste avant la réception du pays de Galles, le nom du joueur pour l'accompagner face à l'Écosse était encore incertain. Excellent face à l'Angleterre, Romain Taofifenua était sorti blessé face aux Gallois (entorse) et il n'a pas participé aux entraînements de ce début de semaine à Marcoussis. L'encadrement des Bleus a donc choisi de titulariser Swan Rebbadj avec le numéro 5 dans le dos. lire aussi Cinq changements face à l'Ecosse Le Toulonnais avait été particulièrement en vue lors de son entrée en jeu et il a été préféré à Romain Taofifenua, qui prend place sur le banc. « Il y a une expérience collective très forte sur les vingt dernières minutes, Swan est rentré assez tôt, sa performance est à noter, explique Fabien Galthié. Il y a une continuité. C'est surtout un joueur qui était disponible pour travailler pendant ces six jours. Paul était suspendu et Romain touché au genou, il a suivi un protocole particulier pour être prêt dans trois jours. Il y avait la possibilité de travailler avec cohérence pour préparer la rencontre face à l'Écosse. » Pendant près d'une heure sur la pelouse, le Toulonnais avait enchaîné les tâches à haute intensité. Son profil aérien alors que Dylan Cretin ne sera pas titulaire (voir ci-dessous) est aussi un élément qui est entré en ligne de compte. Capable d'évoluer aussi bien deuxième que troisième ligne, le joueur du RCT n'a toutefois porté le numéro 5 qu'une seule fois cette saison. C'était face à Lyon, à Mayol, en Top 14 (associé au Samoan Brian Alainu'uese). Anthony Jelonch plutôt que Dylan Cretin La titularisation de Swan Rebbadj en deuxième ligne, et en creux les absences dans le quinze de départ de Romain Taofifenua et Paul Willemse, deux porteurs de balle très puissants, a également entraîné un changement en troisième ligne : Anthony Jelonch a été préféré à Dylan Cretin. Le Gersois du Castres Olympique avait réalisé une deuxième période (entré à la 51e) de grande qualité, alors que le Haut-Savoyard du LOU avait paru plus en retrait face aux Gallois, sur les impacts et les plaquages. Jelonch pourrait amener une autre dimension dans ces secteurs. « C'est difficile de catégoriser des joueurs, ceux qui sont plus denses, moins denses, répond cependant Galthié. Chacun arrive avec son potentiel, ses compétences et sa fraîcheur. Mais c'est vrai qu'Anthony a été précieux dans les vingt dernières minutes, il a été précieux avec le ballon en attaque, sur la qualité de ses soutiens et sans le ballon en défense. L'équilibre consiste à trouver aussi le bon mix entre la puissance au sol et la présence dans les airs. Il faut pouvoir avoir des atouts pour gagner des ballons dans les airs et des atouts pour avancer. » Arthur Vincent au centre, Gaël Fickou à l'aile, Teddy Thomas sur le banc C'est un coup de billard à trois bandes, mais qui découle peut-être finalement d'un seul et même choix : sortir Teddy Thomas du quinze de départ et le placer sur le banc au coup d'envoi. Le Racingman, titulaire contre l'Angleterre et le pays de Galles, doit céder sa place à... Gaël Fickou. L'habituel centre, capitaine de la défense des Bleus, glisse en effet sur l'aile gauche et c'est Arthur Vincent qui débutera au milieu du terrain avec Virimi Vakatawa. Mais pas question d'y voir une sanction contre Thomas, assure Fabien Galthié : « Pas du tout. Teddy nous apporte tout son talent, sa vitesse, son potentiel, son côté félin, sa capacité à faire la différence. Il est présent sur notre organisation défensive. Plutôt que d'un manque, je parlerais d'émulation et de compétences. Il apportera ses qualités sur la fin du match. » La dernière titularisation de Fickou à l'aile remonte à l'automne dernier, lors de l'ultime match du Tournoi 2020 disputé face à l'Irlande (35-27). « Il y a la mobilité et la disponibilité de Gaël, sa polyvalence. Cela permet aussi de densifier les couloirs face à des joueurs très athlétiques, justifie Galthié. Arthur Vincent, c'est aussi une activité au centre du terrain et sa complémentarité avec Virimi Vakatawa. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.